Nouvelles recettes

Les Yankees et Blue Point Brewing présentent une bière exclusive au stade

Les Yankees et Blue Point Brewing présentent une bière exclusive au stade


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Obtenez le vôtre avec le logo des Bronx Bombers

Alyssa Haak

Brasserie Blue Point

La Blue Point Brewing Company, née à New York, a introduit la dernière bière à sa gamme. La nouvelle Pinstripe Pilsner a été brassée en partenariat avec les Yankees de New York et ne sera disponible qu'au stade.

La pilsner houblonnée est une bière légère qui se marie bien avec les meilleures collations du stade - nachos au porc effiloché, hamburgers au pain de viande, taquitos arrosés de queso et le reste de la nourriture disponible cette saison. Imaginez votre bière légère préférée, mais avec du houblon néo-zélandais Motueka pour un soupçon de citron vert - assez légère pour une journée chaude mais avec suffisamment de saveur pour que vous en commandiez une autre.

Les fans sortiront leur téléphone pour prendre des photos de leurs bières – et pas seulement pour montrer leurs superbes sièges. Grâce à une machine à imprimante laser appelée Ripple, les logos des Yankees, les contours du stade et les visages des joueurs seront gravés sur la mousse de la bière à l'aide d'un extrait de malt. Le latte art n'a rien à ce sujet.

Blue Point est le dernier gros frappeur à rejoindre les stands de concession du Yankee Stadium. Goûtez au sandwich au poulet frit de Might Quinn ou aux options traditionnelles, végétariennes et même végétaliennes du bareburger, pilier de la ville. Pour plus de bouffe haut de gamme, passez par le nouveau support pour steaks plats et poulets rôtis pour une assiette pleine de frites à l'ail minces.

Soyez le premier à déverrouiller le badge de l'application On Tap en commandant le Pinstripe Pilsner au nouveau bar Blue Point Bleachers. Qui sait? Cette mousse pourrait être l'une de nos meilleures bières artisanales l'année prochaine.

MISE À JOUR 28 mars 16 h 45 HE :

La MLB a récemment informé les Yankees de l'utilisation promotionnelle de visages de joueurs gravés au pochoir dans la mousse de la bière. Selon le New York Daily News, l'équipe a déclaré qu'elle n'intégrerait pas cet élément de design dans la bière du stade cette saison.

"Notre équipe hôtelière a profité de l'événement de lundi pour tester la machine à images avec divers logos et photos liés aux Yankees", a déclaré un porte-parole des Yankees à la publication. "Cependant, les Yankees n'ont pas l'intention d'incorporer cet élément décoratif sur les articles de concession cette saison."


De Lachmann à Lion's Tail : une histoire du brassage à Neenah

La brasserie Neenah reste une inconnue relative dans le contexte de l'histoire brassicole du Wisconsin. Cela semblerait une circonstance inhabituelle pour n'importe quelle brasserie du Wisconsin comme celle-ci qui était en activité depuis plus de 50 ans. Mais l'obscurité de la brasserie Neenah n'est pas tout à fait surprenante.

C'était une brasserie qui faisait peu de publicité. La conséquence étant que les collectionneurs n'ont pas su préserver et transmettre la vision de la brasserie d'elle-même. Ce sont souvent les collectionneurs de brasseries qui deviennent les gardiens de l'héritage d'une petite brasserie.

La relation controversée de la ville avec l'alcool a également conspiré contre la brasserie Neenah. Pendant une grande partie de son histoire, Neenah a été dominée par les Yankees protestants qui avaient peu d'utilité pour les coutumes de consommation de bière des immigrants européens de la ville.

Ces Yankees et leurs descendants immédiats étaient également en grande partie responsables de la diffusion de l'histoire ancienne de Neenah. Ce n'est pas une coïncidence si une brasserie dirigée par des immigrants a rarement été enregistrée. Au moment où ce préjugé a expiré, la brasserie Neenah avait déjà été oubliée.

Le moment est venu de jeter un nouveau regard sur l'histoire du brassage à Neenah. Avec le lancement récent de Lion's Tail Brewing, l'héritage brassicole de la ville a été renouvelé. Les brasseurs qui ont créé cet héritage méritent d'être connus.

Parler d'une brasserie à Neenah
En 1849, arriva l'arrivée des brasseries dans le comté de Winnebago. Cette année-là, deux brasseries ont été lancées à Oshkosh et il a été question cette fois-ci d'en projeter une à Neenah. On disait que c'était le projet d'un Gallois nommé Jones. Si Jones a déjà fait fonctionner sa brasserie à Neenah, cela n'a pas duré. Il ne semble y avoir aucune trace de cette brasserie étant opérationnelle ou produisant de la bière à vendre.

Mais Neenah a continué à grandir. Stimulée par un afflux d'immigrants allemands, la population de Neenah était passée à 1 296 habitants en 1856. Ce ne serait qu'une question de temps avant que Neenah n'ait sa brasserie. Ce moment ne serait pas bien accueilli par tous.

Neenah, vers 1856.
John Robbins Kimberly était l'un des premiers colons les plus riches et les plus influents de Neenah. Un Yankee sévère, on a demandé à Kimberly où il pensait qu'un bon emplacement pour une brasserie serait. Kimberly aurait répondu : "En enfer, monsieur". Sa rancœur laissait présager le conflit à venir.

Au grand dam de Kimberly, l'enfer à Neenah serait situé sur la rive de Little Lake Butte Des Morts sur une propriété maintenant appelée 129 Lake Street. L'immigrant qui a élevé cet enfer s'appelait Jacob Lachmann.

Une idylle de brasserie
Né dans le Wurtemberg vers 1823, Jacob Lachmann a suivi une formation de brasseur dans son pays natal. C'était aussi un homme de son temps. Lachmann s'est engagé dans les bouleversements politiques qui ont balayé l'Europe en 1848, menant une compagnie de « troupes libres » dans une lutte pour les droits constitutionnels. Dans le contrecoup qui a suivi les troubles, Lachmann a fui son pays natal. Il arrive à New York en 1849. Lachmann passe plusieurs années sur la côte est avant de se rendre à Milwaukee en 1854, puis à Neenah en 1856.

Le 21 mai 1856, Lachmann a acheté une partie du lot 4 dans le bloc 30 de Palmer's Map of Neenah et a commencé à construire sa brasserie. À la fin de l'année, la brasserie Neenah était opérationnelle.

Emplacement de la brasserie Neenah surligné en rouge.
Lachmann's était une configuration typique pour un brasseur de bière blonde. La proximité du lac était idéale. Cela signifiait l'accessibilité à une énorme réserve de glace d'hiver. La récolte de cette glace et son stockage ultérieur dans la cave à bière blonde de la brasserie ont permis à Lachmann de brasser sa bière blonde de fermentation fraîche même lorsque le temps se réchauffait.

La brasserie elle-même était construite en briques. Le bâtiment servait également de maison à Lachmann, sa femme Katrina, leurs quatre enfants et les deux ouvriers qui partageaient souvent les quartiers avec la famille. La ressemblance avec les brasseries rustiques et villageoises d'Allemagne aurait été frappante.

Bière locale
Les brasseries du comté de Winnebago de cette période étaient des affaires locales, leurs clients vivant à proximité de l'endroit où la bière était fabriquée. Les matériaux utilisés dans la fabrication de la bière étaient également d'origine locale.

L'orge avait été cultivée en abondance dans le comté de Winnebago depuis le moment où la terre avait été ouverte à l'agriculture près de deux décennies plus tôt. Lachmann achetait le grain à des agriculteurs voisins et en faisait son propre malt de brasseur. La culture du houblon avait commencé à la fin des années 1840. Comme d'autres brasseurs de la région, Lachmann aurait pu choisir la culture locale.

En 1870, la Neenah Brewery n'était que l'une des 11 brasseries de ce type opérant dans le comté. Mais le mandat de Lachmann touchait déjà à sa fin. Il y a des indications que Lachmann était en mauvaise santé vers la fin de sa course à la brasserie. En tout cas, en 1872, il vendit la brasserie et partit à la retraite.

Rassembler des tempêtes
Le 28 octobre 1872, Frank Ehrgott prend possession de la brasserie Neenah. Il fut bientôt rejoint dans l'entreprise par son frère Adam. Comme Lachmann, les frères Ehrgott étaient des immigrants allemands. Mais les Ehrgott feraient face à des défis inconnus de leur prédécesseur.

Le système de chemins de fer traversant le comté de Winnebago a permis aux brasseries d'étendre plus facilement leur portée dans les communautés voisines. Les deux brasseries de Menasha vendaient déjà leur bière à Neenah. Maintenant, les plus grandes brasseries d'Oshkosh envoyaient de la bière en ville. Tout aussi troublant était le gain de traction des brigades anti-alcool.

En 1875, les partisans de la tempérance de Neenah étaient une force avec laquelle il fallait compter. Avec des noms tels que The Good Templars (130 membres), The Crystal Lodge (plus de 80 membres) et The Sons of Temperance (75 membres), ils étaient devenus un élément dominant au sein de la communauté de 4 300 personnes. Leur objectif était d'interdire la vente d'alcool. Ils ne voulaient rien de moins qu'une Neenah sèche.

Les forces sèches n'allaient pas sans opposition. Les 15 saloons de Neenah avaient tout intérêt à ce que la bière coule à flot. Les patrons de ces saloons, dont beaucoup faisaient partie de la communauté peuplée d'immigrants européens de Neenah, n'avaient pas non plus l'intention de renoncer à leur repas traditionnel. Les wets and drys de Neenah étaient divisés non seulement par l'idéologie, mais aussi par l'ethnicité.

Les frères Ehrgott
Au milieu de la tourmente, les frères Ehrgott ont accru leur participation dans Neenah. À la fin des années 1880, la brasserie Neenah produisait un peu plus de 400 barils de bière par an. C'était alors l'une des sept brasseries du comté de Winnebago. Pour aider à sécuriser leur marché local, Frank Ehrgott a acheté un saloon situé sur ce qui est maintenant 128 W. Wisconsin Ave. Construit un an plus tôt, le saloon d'Ehrgott servait de maison liée à la brasserie servant uniquement la bière de la Neenah Brewery.

La maison attachée d'Ehrgott.
Avec Frank à la tête du saloon, Adam Ehrgott a pris le contrôle de la brasserie. Il a assumé la pleine propriété de la brasserie Neenah en septembre 1882. Il semble avoir bien réussi pendant cette période. Entre 1884 et 1887, Adam Ehrgott a apporté un certain nombre d'améliorations à la brasserie, y compris la construction d'une nouvelle brasserie et d'une glacière au nord immédiat de la brasserie d'origine. Les cartes ci-dessous illustrent l'expansion de la brasserie.

1884
1887
Les améliorations étaient presque obsolètes au moment où elles étaient terminées. D'autres brasseurs éliminaient déjà progressivement le type d'améliorations qu'Ehrgott faisait. La réfrigération mécanique remplaçait rapidement la méthode séculaire de refroidissement avec de la glace récoltée dans des caves en pierre. Les méthodes de l'ancien monde étaient en contradiction avec une industrie fondamentalement remodelée par la science.

La brasserie originale Neenah est sur la droite. La maison de glace et la brasserie mises à jour
construit pendant l'ère Ehrgott est le grand bâtiment au centre de la photo.
Rivaux proches et lointains
L'une de ces brasseries voisines tirant parti des nouvelles technologies était la Walter Brothers Brewing Company à Menasha, à proximité. Christian et Martin Walter avaient acheté ce qui avait été la brasserie Island en 1888. Les frères Walter ont rapidement construit leur brasserie et ont commencé à pousser vigoureusement leur bière sur le marché de Neenah.

Au début des années 1890, la petite brasserie d'Adam Ehrgott se battait pour survivre au milieu d'une marée montante de bière provenant d'ailleurs. Et ce n'était plus seulement la bière de Menasha ou d'Oshkosh qui coulait dans Neenah. Parmi les nouveaux rivaux se trouvait un ancien brasseur nommé Jacob Mayer.

Dans les années 1870, Jacob Mayer était copropriétaire de la brasserie Island à Menasha. Après avoir vendu sa participation dans cette brasserie, il s'est finalement installé à Neenah où il a ouvert une usine d'embouteillage et un entrepôt de distribution de bière au coin des rues Union et Sherry. En partenariat avec son fils Joseph, les Mayer ont commencé à distribuer de la bière à Neenah qui avait été acheminée par chemin de fer depuis d'autres parties de l'État. La brasserie Hartig & Manz de Watertown était l'un des premiers clients de Mayer à faire connaître sa présence à Neenah.

Le flotteur Hartig & Manz dans le défilé du 4 juillet de Neenah en 1893.
Une bouteille de chez Mayer
travaux d'embouteillage.

En 1892, les Mayer apportaient de la bière de Miller Brewing of Milwaukee. Miller a pris une affection particulière pour Neenah, établissant un salon et un hôtel liés nommé Murer House à côté du dépôt de train au 432 Sherry Street. Parmi les premiers sites que les passagers ont rencontrés en arrivant à Neenah en train, il y avait la belle taverne en brique ornée de panneaux indiquant Miller Beer.

Comme il se présente aujourd'hui.
Pour Adam Ehrgott, c'était devenu trop. Près de 20 ans après que les frères Ehrgott aient commencé à brasser à Neenah, Adam Ehrgott a vendu la brasserie Neenah. S'il nourrissait une rancune, cela ne le battait pas. Il irait plus tard travailler pour l'un de ses rivaux de Menasha, Walter Brothers Brewing.

Angermeyer
Le 11 novembre 1901, Henry Angermeyer devient le nouveau propriétaire de la Brasserie Neenah. Le brasseur d'origine allemande était venu en Amérique 15 ans plus tôt et était à une semaine de son 39e anniversaire lorsqu'il a pris possession de la brasserie.

Angermeyer savait dans quoi il s'engageait. Avant son arrivée, il brassait de la bière pour la Sterling Brewing Company, de Sterling, dans l'Illinois. La situation y était similaire à celle qu'Angermeyer allait affronter à Neenah. Sterling avait une petite brasserie et elle était engagée dans le même genre de luttes intestines régionales avec d'autres brasseries qui tourmentaient la brasserie Neenah. C'était une bataille qu'Angermeyer ne pouvait pas gagner.

Trois ans après l'arrivée d'Angermeyer, la Brasserie Neenah s'en sortait à peine. Le Wisconsin Blue Book de 1904 répertorie Angermeyer comme la seule personne travaillant dans la brasserie Neenah. C'était une tâche impossible pour un brasseur essayant de produire 500 barils de bière blonde par an dans une brasserie refroidie par la glace. Les choses n'allaient pas s'améliorer non plus.

Le soir du 4 août 1905, Angermeyer et un autre homme de Neenah nommé Albert Zehner ramenaient un bateau chargé de traverses à travers le Neenah Slough. Près du pont de la rue Main, le bateau a pris l'eau et a commencé à couler. Zehner a réussi à nager jusqu'au rivage. Angermeyer ne l'a pas fait. Son corps a été retiré de l'eau par une équipe de recherche et de sauvetage. Angermeyer a été déclaré mort vers 21h45.

Henry Angermeyer a laissé une femme, trois jeunes enfants et une brasserie en voie de dissolution.

1906, la brasserie Neenah, domaine Henry Angermeyer.

Le Doerr de clôture
En octobre 1906, Lizzie Angermeyer trouva repreneur pour la brasserie que son défunt mari avait tenté de faire revivre. Le nouveau propriétaire s'appelait Oscar Doerr. Un autre brasseur d'origine allemande exercerait son métier à la brasserie Neenah.

Avant son arrivée, Doerr avait été maître brasseur à la White Eagle Brewery de Chicago. Ses plans pour Neenah étaient ambitieux. Deux mois après son rachat de la brasserie Neenah, Le brasseur occidental a rapporté : « M. Doerr apportera de nombreuses améliorations à l'usine et jusqu'à ce que celles-ci soient terminées, ses clients seront approvisionnés par la Menasha Brewing Company.

Parmi les améliorations prévues figurait l'installation d'une ligne d'embouteillage, un aspect de l'entreprise que la brasserie Neenah avait éludé à son propre détriment. Mais confier vos comptes à un rival local pendant que vous réhabilitez votre brasserie n'était pas une recette pour réussir. Le plan de Doerr est tombé à plat.

À la fin de 1909, la brasserie Neenah était presque terminée. L'afflux de bière provenant de brasseries plus efficaces a placé la brasserie de Neenah dans une position concurrentielle trop désavantageuse pour être surmontée. Doerr a reconnu sa défaite. Le 3 janvier, le premier jour ouvrable de 1910, Doerr vendit la brasserie. Il finira par retourner à Chicago.

Le nouveau propriétaire était Louis Sorenson, un employé de la Bergstrom Stove Company. Sorenson n'avait aucune relation préalable avec les brasseries, mais ce n'était pas la question. Il semble que l'achat ait été motivé par le retour potentiel à la revente et non par une tentative de redonner vie à la brasserie. Le 21 avril 1911, Sorenson scelle le destin de la brasserie. Il la vendit à la Walter Brothers Brewing Company.

Walter Brothers n'avait guère besoin d'une brasserie démodée à seulement huit kilomètres de son usine moderne du boulevard Nicolet. Les nouveaux propriétaires ont vidé la brasserie Neenah. Le bâtiment a été converti en un hôtel au-dessus d'un salon vendant de la bière Walter Brothers. Pour la première fois depuis plus de 50 ans, Neenah était sans brasserie.

La brasserie avait disparu, mais la guerre de l'alcool faisait rage.

Sèche et mouille
Le rachat de la brasserie par les frères Walter fait suite à une nouvelle défaite des forces sèches de Neenah. Lors des élections d'avril 1911, les drys manquèrent de peu d'adopter une mesure interdisant la vente d'alcool dans la ville. Sans se décourager, ils ont réessayé. Puis à nouveau. Enfin, en 1917, la faction sèche atteint son objectif. Le 1er juillet 1917, Neenah est devenue la seule ville constituée du comté de Winnebago à se voter à sec. La mesure a été promulguée par un seul vote.

L'année suivante, les wets se sont ralliés. Encore une fois, il s'agissait d'un vote. Les électeurs de Neenah ont abrogé la loi sèche par une marge de 13 voix. Le 1er juillet 1918, les saloons de Neenah reprennent leurs activités. Le dernier mot sur la question est tombé moins de deux ans plus tard. Le 18e amendement est entré en vigueur le 17 janvier 1920, marquant le début de la prohibition nationale.

Sans surprise, la Prohibition a apporté le retour du brassage à Neenah. Mais les brasseurs étaient passés dans la clandestinité. au sens propre.

Milwaukee Sentinelle, 23 décembre 1928.

En cendres
Lorsque la prohibition a pris fin en 1933, les brasseries de Menasha et d'Oshkosh ont repris leurs activités. À Neenah, l'ancienne brasserie était trop loin pour être rachetée.

À cette époque, la brasserie Neenah n'était plus qu'un souvenir. Peu de gens pouvaient se rappeler qu'il y avait eu une brasserie florissante sur Lake Street. L'odeur de la bière persistait encore, mais maintenant c'était du Schlitz rassis au Jerrys' Lakeside Bar. Ce qui a survécu du passé a été éteint en 1968, lorsque le bâtiment a été à nouveau éviscéré. Cette fois par le feu. Après l'incendie, les restes ont été renversés et enterrés.

L'incendie de 1968. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
La suite. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
129 Lake Street, ancien terrain de la brasserie Neenah.
Retour rugissant
La brasserie est revenue à Neenah Le 20 novembre 2015, lorsqu'Alex Wenzel a ouvert Lion's Tail Brewing Company dans le bâtiment Equitable Reserve Association au 116 S. Commercial Street. Comme Jacob Lachmann avant lui, Wenzel est le prototype des brasseurs de sa génération.

Ancien brasseur amateur dont l'obsession est devenue un métier, Wenzel brasse une large gamme de bières sur un système de 10 fûts dans un bâtiment qui montait au moment où la brasserie Neenah s'effondrait. Les bières que Wenzel produit qu'il vend à partir de la taproom qu'il exploite en collaboration avec la brasserie. C'est un arrangement que les frères Ehrgott apprécieraient.


De Lachmann à Lion's Tail : une histoire du brassage à Neenah

La brasserie Neenah reste une inconnue relative dans le contexte de l'histoire brassicole du Wisconsin. Cela semblerait être une circonstance inhabituelle pour toute brasserie du Wisconsin comme celle-ci, en activité depuis plus de 50 ans. Mais l'obscurité de la brasserie Neenah n'est pas tout à fait surprenante.

C'était une brasserie qui faisait peu de publicité. La conséquence étant que les collectionneurs n'ont pas su préserver et transmettre la vision de la brasserie d'elle-même. Ce sont souvent les collectionneurs de brasseries qui deviennent les gardiens de l'héritage d'une petite brasserie.

La relation controversée de la ville avec l'alcool a également conspiré contre la brasserie Neenah. Pendant une grande partie de son histoire, Neenah a été dominée par les Yankees protestants qui avaient peu d'utilité pour les coutumes de consommation de bière des immigrants européens de la ville.

Ces Yankees et leurs descendants immédiats étaient également en grande partie responsables de la diffusion de l'histoire ancienne de Neenah.Ce n'est pas une coïncidence si une brasserie dirigée par des immigrants a rarement été enregistrée. Au moment où ce préjugé a expiré, la brasserie Neenah avait déjà été oubliée.

Le moment est venu de jeter un nouveau regard sur l'histoire du brassage à Neenah. Avec le lancement récent de Lion's Tail Brewing, l'héritage brassicole de la ville a été renouvelé. Les brasseurs qui ont créé cet héritage méritent d'être connus.

Parler d'une brasserie à Neenah
En 1849, arriva l'arrivée des brasseries dans le comté de Winnebago. Cette année-là, deux brasseries ont été lancées à Oshkosh et il a été question cette fois-ci d'en projeter une à Neenah. On disait que c'était le projet d'un Gallois nommé Jones. Si Jones a déjà fait fonctionner sa brasserie à Neenah, cela n'a pas duré. Il ne semble y avoir aucune trace de cette brasserie étant opérationnelle ou produisant de la bière à vendre.

Mais Neenah a continué à grandir. Stimulée par un afflux d'immigrants allemands, la population de Neenah était passée à 1 296 habitants en 1856. Ce ne serait qu'une question de temps avant que Neenah n'ait sa brasserie. Ce moment ne serait pas bien accueilli par tous.

Neenah, vers 1856.
John Robbins Kimberly était l'un des premiers colons les plus riches et les plus influents de Neenah. Un Yankee sévère, on a demandé à Kimberly où il pensait qu'un bon emplacement pour une brasserie serait. Kimberly aurait répondu : "En enfer, monsieur". Sa rancœur laissait présager le conflit à venir.

Au grand dam de Kimberly, l'enfer à Neenah serait situé sur la rive de Little Lake Butte Des Morts sur une propriété maintenant appelée 129 Lake Street. L'immigrant qui a élevé cet enfer s'appelait Jacob Lachmann.

Une idylle de brasserie
Né dans le Wurtemberg vers 1823, Jacob Lachmann a suivi une formation de brasseur dans son pays natal. C'était aussi un homme de son temps. Lachmann s'est engagé dans les bouleversements politiques qui ont balayé l'Europe en 1848, menant une compagnie de « troupes libres » dans une lutte pour les droits constitutionnels. Dans le contrecoup qui a suivi les troubles, Lachmann a fui son pays natal. Il arrive à New York en 1849. Lachmann passe plusieurs années sur la côte est avant de se rendre à Milwaukee en 1854, puis à Neenah en 1856.

Le 21 mai 1856, Lachmann a acheté une partie du lot 4 dans le bloc 30 de Palmer's Map of Neenah et a commencé à construire sa brasserie. À la fin de l'année, la brasserie Neenah était opérationnelle.

Emplacement de la brasserie Neenah surligné en rouge.
Lachmann's était une configuration typique pour un brasseur de bière blonde. La proximité du lac était idéale. Cela signifiait l'accessibilité à une énorme réserve de glace d'hiver. La récolte de cette glace et son stockage ultérieur dans la cave à bière blonde de la brasserie ont permis à Lachmann de brasser sa bière blonde de fermentation fraîche même lorsque le temps se réchauffait.

La brasserie elle-même était construite en briques. Le bâtiment servait également de maison à Lachmann, sa femme Katrina, leurs quatre enfants et les deux ouvriers qui partageaient souvent les quartiers avec la famille. La ressemblance avec les brasseries rustiques et villageoises d'Allemagne aurait été frappante.

Bière locale
Les brasseries du comté de Winnebago de cette période étaient des affaires locales, leurs clients vivant à proximité de l'endroit où la bière était fabriquée. Les matériaux utilisés dans la fabrication de la bière étaient également d'origine locale.

L'orge avait été cultivée en abondance dans le comté de Winnebago depuis le moment où la terre avait été ouverte à l'agriculture près de deux décennies plus tôt. Lachmann achetait le grain à des agriculteurs voisins et en faisait son propre malt de brasseur. La culture du houblon avait commencé à la fin des années 1840. Comme d'autres brasseurs de la région, Lachmann aurait pu choisir la culture locale.

En 1870, la Neenah Brewery n'était que l'une des 11 brasseries de ce type opérant dans le comté. Mais le mandat de Lachmann touchait déjà à sa fin. Il y a des indications que Lachmann était en mauvaise santé vers la fin de sa course à la brasserie. En tout cas, en 1872, il vendit la brasserie et partit à la retraite.

Rassembler des tempêtes
Le 28 octobre 1872, Frank Ehrgott prend possession de la brasserie Neenah. Il fut bientôt rejoint dans l'entreprise par son frère Adam. Comme Lachmann, les frères Ehrgott étaient des immigrants allemands. Mais les Ehrgott feraient face à des défis inconnus de leur prédécesseur.

Le système de chemins de fer traversant le comté de Winnebago a permis aux brasseries d'étendre plus facilement leur portée dans les communautés voisines. Les deux brasseries de Menasha vendaient déjà leur bière à Neenah. Maintenant, les plus grandes brasseries d'Oshkosh envoyaient de la bière en ville. Tout aussi troublant était le gain de traction des brigades anti-alcool.

En 1875, les partisans de la tempérance de Neenah étaient une force avec laquelle il fallait compter. Avec des noms tels que The Good Templars (130 membres), The Crystal Lodge (plus de 80 membres) et The Sons of Temperance (75 membres), ils étaient devenus un élément dominant au sein de la communauté de 4 300 personnes. Leur objectif était d'interdire la vente d'alcool. Ils ne voulaient rien de moins qu'une Neenah sèche.

Les forces sèches n'allaient pas sans opposition. Les 15 saloons de Neenah avaient tout intérêt à ce que la bière coule à flot. Les patrons de ces saloons, dont beaucoup faisaient partie de la communauté peuplée d'immigrants européens de Neenah, n'avaient pas non plus l'intention de renoncer à leur repas traditionnel. Les wets and drys de Neenah étaient divisés non seulement par l'idéologie, mais aussi par l'ethnicité.

Les frères Ehrgott
Au milieu de la tourmente, les frères Ehrgott ont accru leur participation dans Neenah. À la fin des années 1880, la brasserie Neenah produisait un peu plus de 400 barils de bière par an. C'était alors l'une des sept brasseries du comté de Winnebago. Pour aider à sécuriser leur marché local, Frank Ehrgott a acheté un saloon situé sur ce qui est maintenant 128 W. Wisconsin Ave. Construit un an plus tôt, le saloon d'Ehrgott servait de maison liée à la brasserie servant uniquement la bière de la Neenah Brewery.

La maison attachée d'Ehrgott.
Avec Frank à la tête du saloon, Adam Ehrgott a pris le contrôle de la brasserie. Il a assumé la pleine propriété de la brasserie Neenah en septembre 1882. Il semble avoir bien réussi pendant cette période. Entre 1884 et 1887, Adam Ehrgott a apporté un certain nombre d'améliorations à la brasserie, y compris la construction d'une nouvelle brasserie et d'une glacière au nord immédiat de la brasserie d'origine. Les cartes ci-dessous illustrent l'expansion de la brasserie.

1884
1887
Les améliorations étaient presque obsolètes au moment où elles étaient terminées. D'autres brasseurs éliminaient déjà progressivement le type d'améliorations qu'Ehrgott faisait. La réfrigération mécanique remplaçait rapidement la méthode séculaire de refroidissement avec de la glace récoltée dans des caves en pierre. Les méthodes de l'ancien monde étaient en contradiction avec une industrie fondamentalement remodelée par la science.

La brasserie originale Neenah est sur la droite. La maison de glace et la brasserie mises à jour
construit pendant l'ère Ehrgott est le grand bâtiment au centre de la photo.
Rivaux proches et lointains
L'une de ces brasseries voisines tirant parti des nouvelles technologies était la Walter Brothers Brewing Company à Menasha, à proximité. Christian et Martin Walter avaient acheté ce qui avait été la brasserie Island en 1888. Les frères Walter ont rapidement construit leur brasserie et ont commencé à pousser vigoureusement leur bière sur le marché de Neenah.

Au début des années 1890, la petite brasserie d'Adam Ehrgott se battait pour survivre au milieu d'une marée montante de bière provenant d'ailleurs. Et ce n'était plus seulement la bière de Menasha ou d'Oshkosh qui coulait dans Neenah. Parmi les nouveaux rivaux se trouvait un ancien brasseur nommé Jacob Mayer.

Dans les années 1870, Jacob Mayer était copropriétaire de la brasserie Island à Menasha. Après avoir vendu sa participation dans cette brasserie, il s'est finalement installé à Neenah où il a ouvert une usine d'embouteillage et un entrepôt de distribution de bière au coin des rues Union et Sherry. En partenariat avec son fils Joseph, les Mayer ont commencé à distribuer de la bière à Neenah qui avait été acheminée par chemin de fer depuis d'autres parties de l'État. La brasserie Hartig & Manz de Watertown était l'un des premiers clients de Mayer à faire connaître sa présence à Neenah.

Le flotteur Hartig & Manz dans le défilé du 4 juillet de Neenah en 1893.
Une bouteille de chez Mayer
travaux d'embouteillage.

En 1892, les Mayer apportaient de la bière de Miller Brewing of Milwaukee. Miller a pris une affection particulière pour Neenah, établissant un salon et un hôtel liés nommé Murer House à côté du dépôt de train au 432 Sherry Street. Parmi les premiers sites que les passagers ont rencontrés en arrivant à Neenah en train, il y avait la belle taverne en brique ornée de panneaux indiquant Miller Beer.

Comme il se présente aujourd'hui.
Pour Adam Ehrgott, c'était devenu trop. Près de 20 ans après que les frères Ehrgott aient commencé à brasser à Neenah, Adam Ehrgott a vendu la brasserie Neenah. S'il nourrissait une rancune, cela ne le battait pas. Il irait plus tard travailler pour l'un de ses rivaux de Menasha, Walter Brothers Brewing.

Angermeyer
Le 11 novembre 1901, Henry Angermeyer devient le nouveau propriétaire de la Brasserie Neenah. Le brasseur d'origine allemande était venu en Amérique 15 ans plus tôt et était à une semaine de son 39e anniversaire lorsqu'il a pris possession de la brasserie.

Angermeyer savait dans quoi il s'engageait. Avant son arrivée, il brassait de la bière pour la Sterling Brewing Company, de Sterling, dans l'Illinois. La situation y était similaire à celle qu'Angermeyer allait affronter à Neenah. Sterling avait une petite brasserie et elle était engagée dans le même genre de luttes intestines régionales avec d'autres brasseries qui tourmentaient la brasserie Neenah. C'était une bataille qu'Angermeyer ne pouvait pas gagner.

Trois ans après l'arrivée d'Angermeyer, la Brasserie Neenah s'en sortait à peine. Le Wisconsin Blue Book de 1904 répertorie Angermeyer comme la seule personne travaillant dans la brasserie Neenah. C'était une tâche impossible pour un brasseur essayant de produire 500 barils de bière blonde par an dans une brasserie refroidie par la glace. Les choses n'allaient pas s'améliorer non plus.

Le soir du 4 août 1905, Angermeyer et un autre homme de Neenah nommé Albert Zehner ramenaient un bateau chargé de traverses à travers le Neenah Slough. Près du pont de la rue Main, le bateau a pris l'eau et a commencé à couler. Zehner a réussi à nager jusqu'au rivage. Angermeyer ne l'a pas fait. Son corps a été retiré de l'eau par une équipe de recherche et de sauvetage. Angermeyer a été déclaré mort vers 21h45.

Henry Angermeyer a laissé une femme, trois jeunes enfants et une brasserie en voie de dissolution.

1906, la brasserie Neenah, domaine Henry Angermeyer.

Le Doerr de clôture
En octobre 1906, Lizzie Angermeyer trouva repreneur pour la brasserie que son défunt mari avait tenté de faire revivre. Le nouveau propriétaire s'appelait Oscar Doerr. Un autre brasseur d'origine allemande exercerait son métier à la brasserie Neenah.

Avant son arrivée, Doerr avait été maître brasseur à la White Eagle Brewery de Chicago. Ses plans pour Neenah étaient ambitieux. Deux mois après son rachat de la brasserie Neenah, Le brasseur occidental a rapporté : « M. Doerr apportera de nombreuses améliorations à l'usine et jusqu'à ce que celles-ci soient terminées, ses clients seront approvisionnés par la Menasha Brewing Company.

Parmi les améliorations prévues figurait l'installation d'une ligne d'embouteillage, un aspect de l'entreprise que la brasserie Neenah avait éludé à son propre détriment. Mais confier vos comptes à un rival local pendant que vous réhabilitez votre brasserie n'était pas une recette pour réussir. Le plan de Doerr est tombé à plat.

À la fin de 1909, la brasserie Neenah était presque terminée. L'afflux de bière provenant de brasseries plus efficaces a placé la brasserie de Neenah dans une position concurrentielle trop désavantageuse pour être surmontée. Doerr a reconnu sa défaite. Le 3 janvier, le premier jour ouvrable de 1910, Doerr vendit la brasserie. Il finira par retourner à Chicago.

Le nouveau propriétaire était Louis Sorenson, un employé de la Bergstrom Stove Company. Sorenson n'avait aucune relation préalable avec les brasseries, mais ce n'était pas la question. Il semble que l'achat ait été motivé par le retour potentiel à la revente et non par une tentative de redonner vie à la brasserie. Le 21 avril 1911, Sorenson scelle le destin de la brasserie. Il la vendit à la Walter Brothers Brewing Company.

Walter Brothers n'avait guère besoin d'une brasserie démodée à seulement huit kilomètres de son usine moderne du boulevard Nicolet. Les nouveaux propriétaires ont vidé la brasserie Neenah. Le bâtiment a été converti en un hôtel au-dessus d'un salon vendant de la bière Walter Brothers. Pour la première fois depuis plus de 50 ans, Neenah était sans brasserie.

La brasserie avait disparu, mais la guerre de l'alcool faisait rage.

Sèche et mouille
Le rachat de la brasserie par les frères Walter fait suite à une nouvelle défaite des forces sèches de Neenah. Lors des élections d'avril 1911, les drys manquèrent de peu d'adopter une mesure interdisant la vente d'alcool dans la ville. Sans se décourager, ils ont réessayé. Puis à nouveau. Enfin, en 1917, la faction sèche atteint son objectif. Le 1er juillet 1917, Neenah est devenue la seule ville constituée du comté de Winnebago à se voter à sec. La mesure a été promulguée par un seul vote.

L'année suivante, les wets se sont ralliés. Encore une fois, il s'agissait d'un vote. Les électeurs de Neenah ont abrogé la loi sèche par une marge de 13 voix. Le 1er juillet 1918, les saloons de Neenah reprennent leurs activités. Le dernier mot sur la question est tombé moins de deux ans plus tard. Le 18e amendement est entré en vigueur le 17 janvier 1920, marquant le début de la prohibition nationale.

Sans surprise, la Prohibition a apporté le retour du brassage à Neenah. Mais les brasseurs étaient passés dans la clandestinité. au sens propre.

Milwaukee Sentinelle, 23 décembre 1928.

En cendres
Lorsque la prohibition a pris fin en 1933, les brasseries de Menasha et d'Oshkosh ont repris leurs activités. À Neenah, l'ancienne brasserie était trop loin pour être rachetée.

À cette époque, la brasserie Neenah n'était plus qu'un souvenir. Peu de gens pouvaient se rappeler qu'il y avait eu une brasserie florissante sur Lake Street. L'odeur de la bière persistait encore, mais maintenant c'était du Schlitz rassis au Jerrys' Lakeside Bar. Ce qui a survécu du passé a été éteint en 1968, lorsque le bâtiment a été à nouveau éviscéré. Cette fois par le feu. Après l'incendie, les restes ont été renversés et enterrés.

L'incendie de 1968. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
La suite. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
129 Lake Street, ancien terrain de la brasserie Neenah.
Retour rugissant
La brasserie est revenue à Neenah Le 20 novembre 2015, lorsqu'Alex Wenzel a ouvert Lion's Tail Brewing Company dans le bâtiment Equitable Reserve Association au 116 S. Commercial Street. Comme Jacob Lachmann avant lui, Wenzel est le prototype des brasseurs de sa génération.

Ancien brasseur amateur dont l'obsession est devenue un métier, Wenzel brasse une large gamme de bières sur un système de 10 fûts dans un bâtiment qui montait au moment où la brasserie Neenah s'effondrait. Les bières que Wenzel produit qu'il vend à partir de la taproom qu'il exploite en collaboration avec la brasserie. C'est un arrangement que les frères Ehrgott apprécieraient.


De Lachmann à Lion's Tail : une histoire du brassage à Neenah

La brasserie Neenah reste une inconnue relative dans le contexte de l'histoire brassicole du Wisconsin. Cela semblerait être une circonstance inhabituelle pour toute brasserie du Wisconsin comme celle-ci, en activité depuis plus de 50 ans. Mais l'obscurité de la brasserie Neenah n'est pas tout à fait surprenante.

C'était une brasserie qui faisait peu de publicité. La conséquence étant que les collectionneurs n'ont pas su préserver et transmettre la vision de la brasserie d'elle-même. Ce sont souvent les collectionneurs de brasseries qui deviennent les gardiens de l'héritage d'une petite brasserie.

La relation controversée de la ville avec l'alcool a également conspiré contre la brasserie Neenah. Pendant une grande partie de son histoire, Neenah a été dominée par les Yankees protestants qui avaient peu d'utilité pour les coutumes de consommation de bière des immigrants européens de la ville.

Ces Yankees et leurs descendants immédiats étaient également en grande partie responsables de la diffusion de l'histoire ancienne de Neenah. Ce n'est pas une coïncidence si une brasserie dirigée par des immigrants a rarement été enregistrée. Au moment où ce préjugé a expiré, la brasserie Neenah avait déjà été oubliée.

Le moment est venu de jeter un nouveau regard sur l'histoire du brassage à Neenah. Avec le lancement récent de Lion's Tail Brewing, l'héritage brassicole de la ville a été renouvelé. Les brasseurs qui ont créé cet héritage méritent d'être connus.

Parler d'une brasserie à Neenah
En 1849, arriva l'arrivée des brasseries dans le comté de Winnebago. Cette année-là, deux brasseries ont été lancées à Oshkosh et il a été question cette fois-ci d'en projeter une à Neenah. On disait que c'était le projet d'un Gallois nommé Jones. Si Jones a déjà fait fonctionner sa brasserie à Neenah, cela n'a pas duré. Il ne semble y avoir aucune trace de cette brasserie étant opérationnelle ou produisant de la bière à vendre.

Mais Neenah a continué à grandir. Stimulée par un afflux d'immigrants allemands, la population de Neenah était passée à 1 296 habitants en 1856. Ce ne serait qu'une question de temps avant que Neenah n'ait sa brasserie. Ce moment ne serait pas bien accueilli par tous.

Neenah, vers 1856.
John Robbins Kimberly était l'un des premiers colons les plus riches et les plus influents de Neenah. Un Yankee sévère, on a demandé à Kimberly où il pensait qu'un bon emplacement pour une brasserie serait. Kimberly aurait répondu : "En enfer, monsieur". Sa rancœur laissait présager le conflit à venir.

Au grand dam de Kimberly, l'enfer à Neenah serait situé sur la rive de Little Lake Butte Des Morts sur une propriété maintenant appelée 129 Lake Street. L'immigrant qui a élevé cet enfer s'appelait Jacob Lachmann.

Une idylle de brasserie
Né dans le Wurtemberg vers 1823, Jacob Lachmann a suivi une formation de brasseur dans son pays natal. C'était aussi un homme de son temps. Lachmann s'est engagé dans les bouleversements politiques qui ont balayé l'Europe en 1848, menant une compagnie de « troupes libres » dans une lutte pour les droits constitutionnels. Dans le contrecoup qui a suivi les troubles, Lachmann a fui son pays natal. Il arrive à New York en 1849. Lachmann passe plusieurs années sur la côte est avant de se rendre à Milwaukee en 1854, puis à Neenah en 1856.

Le 21 mai 1856, Lachmann a acheté une partie du lot 4 dans le bloc 30 de Palmer's Map of Neenah et a commencé à construire sa brasserie. À la fin de l'année, la brasserie Neenah était opérationnelle.

Emplacement de la brasserie Neenah surligné en rouge.
Lachmann's était une configuration typique pour un brasseur de bière blonde. La proximité du lac était idéale. Cela signifiait l'accessibilité à une énorme réserve de glace d'hiver. La récolte de cette glace et son stockage ultérieur dans la cave à bière blonde de la brasserie ont permis à Lachmann de brasser sa bière blonde de fermentation fraîche même lorsque le temps se réchauffait.

La brasserie elle-même était construite en briques. Le bâtiment servait également de maison à Lachmann, sa femme Katrina, leurs quatre enfants et les deux ouvriers qui partageaient souvent les quartiers avec la famille. La ressemblance avec les brasseries rustiques et villageoises d'Allemagne aurait été frappante.

Bière locale
Les brasseries du comté de Winnebago de cette période étaient des affaires locales, leurs clients vivant à proximité de l'endroit où la bière était fabriquée. Les matériaux utilisés dans la fabrication de la bière étaient également d'origine locale.

L'orge avait été cultivée en abondance dans le comté de Winnebago depuis le moment où la terre avait été ouverte à l'agriculture près de deux décennies plus tôt. Lachmann achetait le grain à des agriculteurs voisins et en faisait son propre malt de brasseur. La culture du houblon avait commencé à la fin des années 1840. Comme d'autres brasseurs de la région, Lachmann aurait pu choisir la culture locale.

En 1870, la Neenah Brewery n'était que l'une des 11 brasseries de ce type opérant dans le comté. Mais le mandat de Lachmann touchait déjà à sa fin. Il y a des indications que Lachmann était en mauvaise santé vers la fin de sa course à la brasserie.En tout cas, en 1872, il vendit la brasserie et partit à la retraite.

Rassembler des tempêtes
Le 28 octobre 1872, Frank Ehrgott prend possession de la brasserie Neenah. Il fut bientôt rejoint dans l'entreprise par son frère Adam. Comme Lachmann, les frères Ehrgott étaient des immigrants allemands. Mais les Ehrgott feraient face à des défis inconnus de leur prédécesseur.

Le système de chemins de fer traversant le comté de Winnebago a permis aux brasseries d'étendre plus facilement leur portée dans les communautés voisines. Les deux brasseries de Menasha vendaient déjà leur bière à Neenah. Maintenant, les plus grandes brasseries d'Oshkosh envoyaient de la bière en ville. Tout aussi troublant était le gain de traction des brigades anti-alcool.

En 1875, les partisans de la tempérance de Neenah étaient une force avec laquelle il fallait compter. Avec des noms tels que The Good Templars (130 membres), The Crystal Lodge (plus de 80 membres) et The Sons of Temperance (75 membres), ils étaient devenus un élément dominant au sein de la communauté de 4 300 personnes. Leur objectif était d'interdire la vente d'alcool. Ils ne voulaient rien de moins qu'une Neenah sèche.

Les forces sèches n'allaient pas sans opposition. Les 15 saloons de Neenah avaient tout intérêt à ce que la bière coule à flot. Les patrons de ces saloons, dont beaucoup faisaient partie de la communauté peuplée d'immigrants européens de Neenah, n'avaient pas non plus l'intention de renoncer à leur repas traditionnel. Les wets and drys de Neenah étaient divisés non seulement par l'idéologie, mais aussi par l'ethnicité.

Les frères Ehrgott
Au milieu de la tourmente, les frères Ehrgott ont accru leur participation dans Neenah. À la fin des années 1880, la brasserie Neenah produisait un peu plus de 400 barils de bière par an. C'était alors l'une des sept brasseries du comté de Winnebago. Pour aider à sécuriser leur marché local, Frank Ehrgott a acheté un saloon situé sur ce qui est maintenant 128 W. Wisconsin Ave. Construit un an plus tôt, le saloon d'Ehrgott servait de maison liée à la brasserie servant uniquement la bière de la Neenah Brewery.

La maison attachée d'Ehrgott.
Avec Frank à la tête du saloon, Adam Ehrgott a pris le contrôle de la brasserie. Il a assumé la pleine propriété de la brasserie Neenah en septembre 1882. Il semble avoir bien réussi pendant cette période. Entre 1884 et 1887, Adam Ehrgott a apporté un certain nombre d'améliorations à la brasserie, y compris la construction d'une nouvelle brasserie et d'une glacière au nord immédiat de la brasserie d'origine. Les cartes ci-dessous illustrent l'expansion de la brasserie.

1884
1887
Les améliorations étaient presque obsolètes au moment où elles étaient terminées. D'autres brasseurs éliminaient déjà progressivement le type d'améliorations qu'Ehrgott faisait. La réfrigération mécanique remplaçait rapidement la méthode séculaire de refroidissement avec de la glace récoltée dans des caves en pierre. Les méthodes de l'ancien monde étaient en contradiction avec une industrie fondamentalement remodelée par la science.

La brasserie originale Neenah est sur la droite. La maison de glace et la brasserie mises à jour
construit pendant l'ère Ehrgott est le grand bâtiment au centre de la photo.
Rivaux proches et lointains
L'une de ces brasseries voisines tirant parti des nouvelles technologies était la Walter Brothers Brewing Company à Menasha, à proximité. Christian et Martin Walter avaient acheté ce qui avait été la brasserie Island en 1888. Les frères Walter ont rapidement construit leur brasserie et ont commencé à pousser vigoureusement leur bière sur le marché de Neenah.

Au début des années 1890, la petite brasserie d'Adam Ehrgott se battait pour survivre au milieu d'une marée montante de bière provenant d'ailleurs. Et ce n'était plus seulement la bière de Menasha ou d'Oshkosh qui coulait dans Neenah. Parmi les nouveaux rivaux se trouvait un ancien brasseur nommé Jacob Mayer.

Dans les années 1870, Jacob Mayer était copropriétaire de la brasserie Island à Menasha. Après avoir vendu sa participation dans cette brasserie, il s'est finalement installé à Neenah où il a ouvert une usine d'embouteillage et un entrepôt de distribution de bière au coin des rues Union et Sherry. En partenariat avec son fils Joseph, les Mayer ont commencé à distribuer de la bière à Neenah qui avait été acheminée par chemin de fer depuis d'autres parties de l'État. La brasserie Hartig & Manz de Watertown était l'un des premiers clients de Mayer à faire connaître sa présence à Neenah.

Le flotteur Hartig & Manz dans le défilé du 4 juillet de Neenah en 1893.
Une bouteille de chez Mayer
travaux d'embouteillage.

En 1892, les Mayer apportaient de la bière de Miller Brewing of Milwaukee. Miller a pris une affection particulière pour Neenah, établissant un salon et un hôtel liés nommé Murer House à côté du dépôt de train au 432 Sherry Street. Parmi les premiers sites que les passagers ont rencontrés en arrivant à Neenah en train, il y avait la belle taverne en brique ornée de panneaux indiquant Miller Beer.

Comme il se présente aujourd'hui.
Pour Adam Ehrgott, c'était devenu trop. Près de 20 ans après que les frères Ehrgott aient commencé à brasser à Neenah, Adam Ehrgott a vendu la brasserie Neenah. S'il nourrissait une rancune, cela ne le battait pas. Il irait plus tard travailler pour l'un de ses rivaux de Menasha, Walter Brothers Brewing.

Angermeyer
Le 11 novembre 1901, Henry Angermeyer devient le nouveau propriétaire de la Brasserie Neenah. Le brasseur d'origine allemande était venu en Amérique 15 ans plus tôt et était à une semaine de son 39e anniversaire lorsqu'il a pris possession de la brasserie.

Angermeyer savait dans quoi il s'engageait. Avant son arrivée, il brassait de la bière pour la Sterling Brewing Company, de Sterling, dans l'Illinois. La situation y était similaire à celle qu'Angermeyer allait affronter à Neenah. Sterling avait une petite brasserie et elle était engagée dans le même genre de luttes intestines régionales avec d'autres brasseries qui tourmentaient la brasserie Neenah. C'était une bataille qu'Angermeyer ne pouvait pas gagner.

Trois ans après l'arrivée d'Angermeyer, la Brasserie Neenah s'en sortait à peine. Le Wisconsin Blue Book de 1904 répertorie Angermeyer comme la seule personne travaillant dans la brasserie Neenah. C'était une tâche impossible pour un brasseur essayant de produire 500 barils de bière blonde par an dans une brasserie refroidie par la glace. Les choses n'allaient pas s'améliorer non plus.

Le soir du 4 août 1905, Angermeyer et un autre homme de Neenah nommé Albert Zehner ramenaient un bateau chargé de traverses à travers le Neenah Slough. Près du pont de la rue Main, le bateau a pris l'eau et a commencé à couler. Zehner a réussi à nager jusqu'au rivage. Angermeyer ne l'a pas fait. Son corps a été retiré de l'eau par une équipe de recherche et de sauvetage. Angermeyer a été déclaré mort vers 21h45.

Henry Angermeyer a laissé une femme, trois jeunes enfants et une brasserie en voie de dissolution.

1906, la brasserie Neenah, domaine Henry Angermeyer.

Le Doerr de clôture
En octobre 1906, Lizzie Angermeyer trouva repreneur pour la brasserie que son défunt mari avait tenté de faire revivre. Le nouveau propriétaire s'appelait Oscar Doerr. Un autre brasseur d'origine allemande exercerait son métier à la brasserie Neenah.

Avant son arrivée, Doerr avait été maître brasseur à la White Eagle Brewery de Chicago. Ses plans pour Neenah étaient ambitieux. Deux mois après son rachat de la brasserie Neenah, Le brasseur occidental a rapporté : « M. Doerr apportera de nombreuses améliorations à l'usine et jusqu'à ce que celles-ci soient terminées, ses clients seront approvisionnés par la Menasha Brewing Company.

Parmi les améliorations prévues figurait l'installation d'une ligne d'embouteillage, un aspect de l'entreprise que la brasserie Neenah avait éludé à son propre détriment. Mais confier vos comptes à un rival local pendant que vous réhabilitez votre brasserie n'était pas une recette pour réussir. Le plan de Doerr est tombé à plat.

À la fin de 1909, la brasserie Neenah était presque terminée. L'afflux de bière provenant de brasseries plus efficaces a placé la brasserie de Neenah dans une position concurrentielle trop désavantageuse pour être surmontée. Doerr a reconnu sa défaite. Le 3 janvier, le premier jour ouvrable de 1910, Doerr vendit la brasserie. Il finira par retourner à Chicago.

Le nouveau propriétaire était Louis Sorenson, un employé de la Bergstrom Stove Company. Sorenson n'avait aucune relation préalable avec les brasseries, mais ce n'était pas la question. Il semble que l'achat ait été motivé par le retour potentiel à la revente et non par une tentative de redonner vie à la brasserie. Le 21 avril 1911, Sorenson scelle le destin de la brasserie. Il la vendit à la Walter Brothers Brewing Company.

Walter Brothers n'avait guère besoin d'une brasserie démodée à seulement huit kilomètres de son usine moderne du boulevard Nicolet. Les nouveaux propriétaires ont vidé la brasserie Neenah. Le bâtiment a été converti en un hôtel au-dessus d'un salon vendant de la bière Walter Brothers. Pour la première fois depuis plus de 50 ans, Neenah était sans brasserie.

La brasserie avait disparu, mais la guerre de l'alcool faisait rage.

Sèche et mouille
Le rachat de la brasserie par les frères Walter fait suite à une nouvelle défaite des forces sèches de Neenah. Lors des élections d'avril 1911, les drys manquèrent de peu d'adopter une mesure interdisant la vente d'alcool dans la ville. Sans se décourager, ils ont réessayé. Puis à nouveau. Enfin, en 1917, la faction sèche atteint son objectif. Le 1er juillet 1917, Neenah est devenue la seule ville constituée du comté de Winnebago à se voter à sec. La mesure a été promulguée par un seul vote.

L'année suivante, les wets se sont ralliés. Encore une fois, il s'agissait d'un vote. Les électeurs de Neenah ont abrogé la loi sèche par une marge de 13 voix. Le 1er juillet 1918, les saloons de Neenah reprennent leurs activités. Le dernier mot sur la question est tombé moins de deux ans plus tard. Le 18e amendement est entré en vigueur le 17 janvier 1920, marquant le début de la prohibition nationale.

Sans surprise, la Prohibition a apporté le retour du brassage à Neenah. Mais les brasseurs étaient passés dans la clandestinité. au sens propre.

Milwaukee Sentinelle, 23 décembre 1928.

En cendres
Lorsque la prohibition a pris fin en 1933, les brasseries de Menasha et d'Oshkosh ont repris leurs activités. À Neenah, l'ancienne brasserie était trop loin pour être rachetée.

À cette époque, la brasserie Neenah n'était plus qu'un souvenir. Peu de gens pouvaient se rappeler qu'il y avait eu une brasserie florissante sur Lake Street. L'odeur de la bière persistait encore, mais maintenant c'était du Schlitz rassis au Jerrys' Lakeside Bar. Ce qui a survécu du passé a été éteint en 1968, lorsque le bâtiment a été à nouveau éviscéré. Cette fois par le feu. Après l'incendie, les restes ont été renversés et enterrés.

L'incendie de 1968. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
La suite. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
129 Lake Street, ancien terrain de la brasserie Neenah.
Retour rugissant
La brasserie est revenue à Neenah Le 20 novembre 2015, lorsqu'Alex Wenzel a ouvert Lion's Tail Brewing Company dans le bâtiment Equitable Reserve Association au 116 S. Commercial Street. Comme Jacob Lachmann avant lui, Wenzel est le prototype des brasseurs de sa génération.

Ancien brasseur amateur dont l'obsession est devenue un métier, Wenzel brasse une large gamme de bières sur un système de 10 fûts dans un bâtiment qui montait au moment où la brasserie Neenah s'effondrait. Les bières que Wenzel produit qu'il vend à partir de la taproom qu'il exploite en collaboration avec la brasserie. C'est un arrangement que les frères Ehrgott apprécieraient.


De Lachmann à Lion's Tail : une histoire du brassage à Neenah

La brasserie Neenah reste une inconnue relative dans le contexte de l'histoire brassicole du Wisconsin. Cela semblerait être une circonstance inhabituelle pour toute brasserie du Wisconsin comme celle-ci, en activité depuis plus de 50 ans. Mais l'obscurité de la brasserie Neenah n'est pas tout à fait surprenante.

C'était une brasserie qui faisait peu de publicité. La conséquence étant que les collectionneurs n'ont pas su préserver et transmettre la vision de la brasserie d'elle-même. Ce sont souvent les collectionneurs de brasseries qui deviennent les gardiens de l'héritage d'une petite brasserie.

La relation controversée de la ville avec l'alcool a également conspiré contre la brasserie Neenah. Pendant une grande partie de son histoire, Neenah a été dominée par les Yankees protestants qui avaient peu d'utilité pour les coutumes de consommation de bière des immigrants européens de la ville.

Ces Yankees et leurs descendants immédiats étaient également en grande partie responsables de la diffusion de l'histoire ancienne de Neenah. Ce n'est pas une coïncidence si une brasserie dirigée par des immigrants a rarement été enregistrée. Au moment où ce préjugé a expiré, la brasserie Neenah avait déjà été oubliée.

Le moment est venu de jeter un nouveau regard sur l'histoire du brassage à Neenah. Avec le lancement récent de Lion's Tail Brewing, l'héritage brassicole de la ville a été renouvelé. Les brasseurs qui ont créé cet héritage méritent d'être connus.

Parler d'une brasserie à Neenah
En 1849, arriva l'arrivée des brasseries dans le comté de Winnebago. Cette année-là, deux brasseries ont été lancées à Oshkosh et il a été question cette fois-ci d'en projeter une à Neenah. On disait que c'était le projet d'un Gallois nommé Jones. Si Jones a déjà fait fonctionner sa brasserie à Neenah, cela n'a pas duré. Il ne semble y avoir aucune trace de cette brasserie étant opérationnelle ou produisant de la bière à vendre.

Mais Neenah a continué à grandir. Stimulée par un afflux d'immigrants allemands, la population de Neenah était passée à 1 296 habitants en 1856. Ce ne serait qu'une question de temps avant que Neenah n'ait sa brasserie. Ce moment ne serait pas bien accueilli par tous.

Neenah, vers 1856.
John Robbins Kimberly était l'un des premiers colons les plus riches et les plus influents de Neenah. Un Yankee sévère, on a demandé à Kimberly où il pensait qu'un bon emplacement pour une brasserie serait. Kimberly aurait répondu : "En enfer, monsieur". Sa rancœur laissait présager le conflit à venir.

Au grand dam de Kimberly, l'enfer à Neenah serait situé sur la rive de Little Lake Butte Des Morts sur une propriété maintenant appelée 129 Lake Street. L'immigrant qui a élevé cet enfer s'appelait Jacob Lachmann.

Une idylle de brasserie
Né dans le Wurtemberg vers 1823, Jacob Lachmann a suivi une formation de brasseur dans son pays natal. C'était aussi un homme de son temps. Lachmann s'est engagé dans les bouleversements politiques qui ont balayé l'Europe en 1848, menant une compagnie de « troupes libres » dans une lutte pour les droits constitutionnels. Dans le contrecoup qui a suivi les troubles, Lachmann a fui son pays natal. Il arrive à New York en 1849. Lachmann passe plusieurs années sur la côte est avant de se rendre à Milwaukee en 1854, puis à Neenah en 1856.

Le 21 mai 1856, Lachmann a acheté une partie du lot 4 dans le bloc 30 de Palmer's Map of Neenah et a commencé à construire sa brasserie. À la fin de l'année, la brasserie Neenah était opérationnelle.

Emplacement de la brasserie Neenah surligné en rouge.
Lachmann's était une configuration typique pour un brasseur de bière blonde. La proximité du lac était idéale. Cela signifiait l'accessibilité à une énorme réserve de glace d'hiver. La récolte de cette glace et son stockage ultérieur dans la cave à bière blonde de la brasserie ont permis à Lachmann de brasser sa bière blonde de fermentation fraîche même lorsque le temps se réchauffait.

La brasserie elle-même était construite en briques. Le bâtiment servait également de maison à Lachmann, sa femme Katrina, leurs quatre enfants et les deux ouvriers qui partageaient souvent les quartiers avec la famille. La ressemblance avec les brasseries rustiques et villageoises d'Allemagne aurait été frappante.

Bière locale
Les brasseries du comté de Winnebago de cette période étaient des affaires locales, leurs clients vivant à proximité de l'endroit où la bière était fabriquée. Les matériaux utilisés dans la fabrication de la bière étaient également d'origine locale.

L'orge avait été cultivée en abondance dans le comté de Winnebago depuis le moment où la terre avait été ouverte à l'agriculture près de deux décennies plus tôt. Lachmann achetait le grain à des agriculteurs voisins et en faisait son propre malt de brasseur. La culture du houblon avait commencé à la fin des années 1840. Comme d'autres brasseurs de la région, Lachmann aurait pu choisir la culture locale.

En 1870, la Neenah Brewery n'était que l'une des 11 brasseries de ce type opérant dans le comté. Mais le mandat de Lachmann touchait déjà à sa fin. Il y a des indications que Lachmann était en mauvaise santé vers la fin de sa course à la brasserie. En tout cas, en 1872, il vendit la brasserie et partit à la retraite.

Rassembler des tempêtes
Le 28 octobre 1872, Frank Ehrgott prend possession de la brasserie Neenah. Il fut bientôt rejoint dans l'entreprise par son frère Adam. Comme Lachmann, les frères Ehrgott étaient des immigrants allemands. Mais les Ehrgott feraient face à des défis inconnus de leur prédécesseur.

Le système de chemins de fer traversant le comté de Winnebago a permis aux brasseries d'étendre plus facilement leur portée dans les communautés voisines. Les deux brasseries de Menasha vendaient déjà leur bière à Neenah. Maintenant, les plus grandes brasseries d'Oshkosh envoyaient de la bière en ville. Tout aussi troublant était le gain de traction des brigades anti-alcool.

En 1875, les partisans de la tempérance de Neenah étaient une force avec laquelle il fallait compter. Avec des noms tels que The Good Templars (130 membres), The Crystal Lodge (plus de 80 membres) et The Sons of Temperance (75 membres), ils étaient devenus un élément dominant au sein de la communauté de 4 300 personnes. Leur objectif était d'interdire la vente d'alcool. Ils ne voulaient rien de moins qu'une Neenah sèche.

Les forces sèches n'allaient pas sans opposition. Les 15 saloons de Neenah avaient tout intérêt à ce que la bière coule à flot. Les patrons de ces saloons, dont beaucoup faisaient partie de la communauté peuplée d'immigrants européens de Neenah, n'avaient pas non plus l'intention de renoncer à leur repas traditionnel. Les wets and drys de Neenah étaient divisés non seulement par l'idéologie, mais aussi par l'ethnicité.

Les frères Ehrgott
Au milieu de la tourmente, les frères Ehrgott ont accru leur participation dans Neenah. À la fin des années 1880, la brasserie Neenah produisait un peu plus de 400 barils de bière par an. C'était alors l'une des sept brasseries du comté de Winnebago. Pour aider à sécuriser leur marché local, Frank Ehrgott a acheté un saloon situé sur ce qui est maintenant 128 W. Wisconsin Ave. Construit un an plus tôt, le saloon d'Ehrgott servait de maison liée à la brasserie servant uniquement la bière de la Neenah Brewery.

La maison attachée d'Ehrgott.
Avec Frank à la tête du saloon, Adam Ehrgott a pris le contrôle de la brasserie. Il a assumé la pleine propriété de la brasserie Neenah en septembre 1882. Il semble avoir bien réussi pendant cette période. Entre 1884 et 1887, Adam Ehrgott a apporté un certain nombre d'améliorations à la brasserie, y compris la construction d'une nouvelle brasserie et d'une glacière au nord immédiat de la brasserie d'origine. Les cartes ci-dessous illustrent l'expansion de la brasserie.

1884
1887
Les améliorations étaient presque obsolètes au moment où elles étaient terminées. D'autres brasseurs éliminaient déjà progressivement le type d'améliorations qu'Ehrgott faisait. La réfrigération mécanique remplaçait rapidement la méthode séculaire de refroidissement avec de la glace récoltée dans des caves en pierre. Les méthodes de l'ancien monde étaient en contradiction avec une industrie fondamentalement remodelée par la science.

La brasserie originale Neenah est sur la droite. La maison de glace et la brasserie mises à jour
construit pendant l'ère Ehrgott est le grand bâtiment au centre de la photo.
Rivaux proches et lointains
L'une de ces brasseries voisines tirant parti des nouvelles technologies était la Walter Brothers Brewing Company à Menasha, à proximité. Christian et Martin Walter avaient acheté ce qui avait été la brasserie Island en 1888. Les frères Walter ont rapidement construit leur brasserie et ont commencé à pousser vigoureusement leur bière sur le marché de Neenah.

Au début des années 1890, la petite brasserie d'Adam Ehrgott se battait pour survivre au milieu d'une marée montante de bière provenant d'ailleurs. Et ce n'était plus seulement la bière de Menasha ou d'Oshkosh qui coulait dans Neenah. Parmi les nouveaux rivaux se trouvait un ancien brasseur nommé Jacob Mayer.

Dans les années 1870, Jacob Mayer était copropriétaire de la brasserie Island à Menasha. Après avoir vendu sa participation dans cette brasserie, il s'est finalement installé à Neenah où il a ouvert une usine d'embouteillage et un entrepôt de distribution de bière au coin des rues Union et Sherry.En partenariat avec son fils Joseph, les Mayer ont commencé à distribuer de la bière à Neenah qui avait été acheminée par chemin de fer depuis d'autres parties de l'État. La brasserie Hartig & Manz de Watertown était l'un des premiers clients de Mayer à faire connaître sa présence à Neenah.

Le flotteur Hartig & Manz dans le défilé du 4 juillet de Neenah en 1893.
Une bouteille de chez Mayer
travaux d'embouteillage.

En 1892, les Mayer apportaient de la bière de Miller Brewing of Milwaukee. Miller a pris une affection particulière pour Neenah, établissant un salon et un hôtel liés nommé Murer House à côté du dépôt de train au 432 Sherry Street. Parmi les premiers sites que les passagers ont rencontrés en arrivant à Neenah en train, il y avait la belle taverne en brique ornée de panneaux indiquant Miller Beer.

Comme il se présente aujourd'hui.
Pour Adam Ehrgott, c'était devenu trop. Près de 20 ans après que les frères Ehrgott aient commencé à brasser à Neenah, Adam Ehrgott a vendu la brasserie Neenah. S'il nourrissait une rancune, cela ne le battait pas. Il irait plus tard travailler pour l'un de ses rivaux de Menasha, Walter Brothers Brewing.

Angermeyer
Le 11 novembre 1901, Henry Angermeyer devient le nouveau propriétaire de la Brasserie Neenah. Le brasseur d'origine allemande était venu en Amérique 15 ans plus tôt et était à une semaine de son 39e anniversaire lorsqu'il a pris possession de la brasserie.

Angermeyer savait dans quoi il s'engageait. Avant son arrivée, il brassait de la bière pour la Sterling Brewing Company, de Sterling, dans l'Illinois. La situation y était similaire à celle qu'Angermeyer allait affronter à Neenah. Sterling avait une petite brasserie et elle était engagée dans le même genre de luttes intestines régionales avec d'autres brasseries qui tourmentaient la brasserie Neenah. C'était une bataille qu'Angermeyer ne pouvait pas gagner.

Trois ans après l'arrivée d'Angermeyer, la Brasserie Neenah s'en sortait à peine. Le Wisconsin Blue Book de 1904 répertorie Angermeyer comme la seule personne travaillant dans la brasserie Neenah. C'était une tâche impossible pour un brasseur essayant de produire 500 barils de bière blonde par an dans une brasserie refroidie par la glace. Les choses n'allaient pas s'améliorer non plus.

Le soir du 4 août 1905, Angermeyer et un autre homme de Neenah nommé Albert Zehner ramenaient un bateau chargé de traverses à travers le Neenah Slough. Près du pont de la rue Main, le bateau a pris l'eau et a commencé à couler. Zehner a réussi à nager jusqu'au rivage. Angermeyer ne l'a pas fait. Son corps a été retiré de l'eau par une équipe de recherche et de sauvetage. Angermeyer a été déclaré mort vers 21h45.

Henry Angermeyer a laissé une femme, trois jeunes enfants et une brasserie en voie de dissolution.

1906, la brasserie Neenah, domaine Henry Angermeyer.

Le Doerr de clôture
En octobre 1906, Lizzie Angermeyer trouva repreneur pour la brasserie que son défunt mari avait tenté de faire revivre. Le nouveau propriétaire s'appelait Oscar Doerr. Un autre brasseur d'origine allemande exercerait son métier à la brasserie Neenah.

Avant son arrivée, Doerr avait été maître brasseur à la White Eagle Brewery de Chicago. Ses plans pour Neenah étaient ambitieux. Deux mois après son rachat de la brasserie Neenah, Le brasseur occidental a rapporté : « M. Doerr apportera de nombreuses améliorations à l'usine et jusqu'à ce que celles-ci soient terminées, ses clients seront approvisionnés par la Menasha Brewing Company.

Parmi les améliorations prévues figurait l'installation d'une ligne d'embouteillage, un aspect de l'entreprise que la brasserie Neenah avait éludé à son propre détriment. Mais confier vos comptes à un rival local pendant que vous réhabilitez votre brasserie n'était pas une recette pour réussir. Le plan de Doerr est tombé à plat.

À la fin de 1909, la brasserie Neenah était presque terminée. L'afflux de bière provenant de brasseries plus efficaces a placé la brasserie de Neenah dans une position concurrentielle trop désavantageuse pour être surmontée. Doerr a reconnu sa défaite. Le 3 janvier, le premier jour ouvrable de 1910, Doerr vendit la brasserie. Il finira par retourner à Chicago.

Le nouveau propriétaire était Louis Sorenson, un employé de la Bergstrom Stove Company. Sorenson n'avait aucune relation préalable avec les brasseries, mais ce n'était pas la question. Il semble que l'achat ait été motivé par le retour potentiel à la revente et non par une tentative de redonner vie à la brasserie. Le 21 avril 1911, Sorenson scelle le destin de la brasserie. Il la vendit à la Walter Brothers Brewing Company.

Walter Brothers n'avait guère besoin d'une brasserie démodée à seulement huit kilomètres de son usine moderne du boulevard Nicolet. Les nouveaux propriétaires ont vidé la brasserie Neenah. Le bâtiment a été converti en un hôtel au-dessus d'un salon vendant de la bière Walter Brothers. Pour la première fois depuis plus de 50 ans, Neenah était sans brasserie.

La brasserie avait disparu, mais la guerre de l'alcool faisait rage.

Sèche et mouille
Le rachat de la brasserie par les frères Walter fait suite à une nouvelle défaite des forces sèches de Neenah. Lors des élections d'avril 1911, les drys manquèrent de peu d'adopter une mesure interdisant la vente d'alcool dans la ville. Sans se décourager, ils ont réessayé. Puis à nouveau. Enfin, en 1917, la faction sèche atteint son objectif. Le 1er juillet 1917, Neenah est devenue la seule ville constituée du comté de Winnebago à se voter à sec. La mesure a été promulguée par un seul vote.

L'année suivante, les wets se sont ralliés. Encore une fois, il s'agissait d'un vote. Les électeurs de Neenah ont abrogé la loi sèche par une marge de 13 voix. Le 1er juillet 1918, les saloons de Neenah reprennent leurs activités. Le dernier mot sur la question est tombé moins de deux ans plus tard. Le 18e amendement est entré en vigueur le 17 janvier 1920, marquant le début de la prohibition nationale.

Sans surprise, la Prohibition a apporté le retour du brassage à Neenah. Mais les brasseurs étaient passés dans la clandestinité. au sens propre.

Milwaukee Sentinelle, 23 décembre 1928.

En cendres
Lorsque la prohibition a pris fin en 1933, les brasseries de Menasha et d'Oshkosh ont repris leurs activités. À Neenah, l'ancienne brasserie était trop loin pour être rachetée.

À cette époque, la brasserie Neenah n'était plus qu'un souvenir. Peu de gens pouvaient se rappeler qu'il y avait eu une brasserie florissante sur Lake Street. L'odeur de la bière persistait encore, mais maintenant c'était du Schlitz rassis au Jerrys' Lakeside Bar. Ce qui a survécu du passé a été éteint en 1968, lorsque le bâtiment a été à nouveau éviscéré. Cette fois par le feu. Après l'incendie, les restes ont été renversés et enterrés.

L'incendie de 1968. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
La suite. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
129 Lake Street, ancien terrain de la brasserie Neenah.
Retour rugissant
La brasserie est revenue à Neenah Le 20 novembre 2015, lorsqu'Alex Wenzel a ouvert Lion's Tail Brewing Company dans le bâtiment Equitable Reserve Association au 116 S. Commercial Street. Comme Jacob Lachmann avant lui, Wenzel est le prototype des brasseurs de sa génération.

Ancien brasseur amateur dont l'obsession est devenue un métier, Wenzel brasse une large gamme de bières sur un système de 10 fûts dans un bâtiment qui montait au moment où la brasserie Neenah s'effondrait. Les bières que Wenzel produit qu'il vend à partir de la taproom qu'il exploite en collaboration avec la brasserie. C'est un arrangement que les frères Ehrgott apprécieraient.


De Lachmann à Lion's Tail : une histoire du brassage à Neenah

La brasserie Neenah reste une inconnue relative dans le contexte de l'histoire brassicole du Wisconsin. Cela semblerait être une circonstance inhabituelle pour toute brasserie du Wisconsin comme celle-ci, en activité depuis plus de 50 ans. Mais l'obscurité de la brasserie Neenah n'est pas tout à fait surprenante.

C'était une brasserie qui faisait peu de publicité. La conséquence étant que les collectionneurs n'ont pas su préserver et transmettre la vision de la brasserie d'elle-même. Ce sont souvent les collectionneurs de brasseries qui deviennent les gardiens de l'héritage d'une petite brasserie.

La relation controversée de la ville avec l'alcool a également conspiré contre la brasserie Neenah. Pendant une grande partie de son histoire, Neenah a été dominée par les Yankees protestants qui avaient peu d'utilité pour les coutumes de consommation de bière des immigrants européens de la ville.

Ces Yankees et leurs descendants immédiats étaient également en grande partie responsables de la diffusion de l'histoire ancienne de Neenah. Ce n'est pas une coïncidence si une brasserie dirigée par des immigrants a rarement été enregistrée. Au moment où ce préjugé a expiré, la brasserie Neenah avait déjà été oubliée.

Le moment est venu de jeter un nouveau regard sur l'histoire du brassage à Neenah. Avec le lancement récent de Lion's Tail Brewing, l'héritage brassicole de la ville a été renouvelé. Les brasseurs qui ont créé cet héritage méritent d'être connus.

Parler d'une brasserie à Neenah
En 1849, arriva l'arrivée des brasseries dans le comté de Winnebago. Cette année-là, deux brasseries ont été lancées à Oshkosh et il a été question cette fois-ci d'en projeter une à Neenah. On disait que c'était le projet d'un Gallois nommé Jones. Si Jones a déjà fait fonctionner sa brasserie à Neenah, cela n'a pas duré. Il ne semble y avoir aucune trace de cette brasserie étant opérationnelle ou produisant de la bière à vendre.

Mais Neenah a continué à grandir. Stimulée par un afflux d'immigrants allemands, la population de Neenah était passée à 1 296 habitants en 1856. Ce ne serait qu'une question de temps avant que Neenah n'ait sa brasserie. Ce moment ne serait pas bien accueilli par tous.

Neenah, vers 1856.
John Robbins Kimberly était l'un des premiers colons les plus riches et les plus influents de Neenah. Un Yankee sévère, on a demandé à Kimberly où il pensait qu'un bon emplacement pour une brasserie serait. Kimberly aurait répondu : "En enfer, monsieur". Sa rancœur laissait présager le conflit à venir.

Au grand dam de Kimberly, l'enfer à Neenah serait situé sur la rive de Little Lake Butte Des Morts sur une propriété maintenant appelée 129 Lake Street. L'immigrant qui a élevé cet enfer s'appelait Jacob Lachmann.

Une idylle de brasserie
Né dans le Wurtemberg vers 1823, Jacob Lachmann a suivi une formation de brasseur dans son pays natal. C'était aussi un homme de son temps. Lachmann s'est engagé dans les bouleversements politiques qui ont balayé l'Europe en 1848, menant une compagnie de « troupes libres » dans une lutte pour les droits constitutionnels. Dans le contrecoup qui a suivi les troubles, Lachmann a fui son pays natal. Il arrive à New York en 1849. Lachmann passe plusieurs années sur la côte est avant de se rendre à Milwaukee en 1854, puis à Neenah en 1856.

Le 21 mai 1856, Lachmann a acheté une partie du lot 4 dans le bloc 30 de Palmer's Map of Neenah et a commencé à construire sa brasserie. À la fin de l'année, la brasserie Neenah était opérationnelle.

Emplacement de la brasserie Neenah surligné en rouge.
Lachmann's était une configuration typique pour un brasseur de bière blonde. La proximité du lac était idéale. Cela signifiait l'accessibilité à une énorme réserve de glace d'hiver. La récolte de cette glace et son stockage ultérieur dans la cave à bière blonde de la brasserie ont permis à Lachmann de brasser sa bière blonde de fermentation fraîche même lorsque le temps se réchauffait.

La brasserie elle-même était construite en briques. Le bâtiment servait également de maison à Lachmann, sa femme Katrina, leurs quatre enfants et les deux ouvriers qui partageaient souvent les quartiers avec la famille. La ressemblance avec les brasseries rustiques et villageoises d'Allemagne aurait été frappante.

Bière locale
Les brasseries du comté de Winnebago de cette période étaient des affaires locales, leurs clients vivant à proximité de l'endroit où la bière était fabriquée. Les matériaux utilisés dans la fabrication de la bière étaient également d'origine locale.

L'orge avait été cultivée en abondance dans le comté de Winnebago depuis le moment où la terre avait été ouverte à l'agriculture près de deux décennies plus tôt. Lachmann achetait le grain à des agriculteurs voisins et en faisait son propre malt de brasseur. La culture du houblon avait commencé à la fin des années 1840. Comme d'autres brasseurs de la région, Lachmann aurait pu choisir la culture locale.

En 1870, la Neenah Brewery n'était que l'une des 11 brasseries de ce type opérant dans le comté. Mais le mandat de Lachmann touchait déjà à sa fin. Il y a des indications que Lachmann était en mauvaise santé vers la fin de sa course à la brasserie. En tout cas, en 1872, il vendit la brasserie et partit à la retraite.

Rassembler des tempêtes
Le 28 octobre 1872, Frank Ehrgott prend possession de la brasserie Neenah. Il fut bientôt rejoint dans l'entreprise par son frère Adam. Comme Lachmann, les frères Ehrgott étaient des immigrants allemands. Mais les Ehrgott feraient face à des défis inconnus de leur prédécesseur.

Le système de chemins de fer traversant le comté de Winnebago a permis aux brasseries d'étendre plus facilement leur portée dans les communautés voisines. Les deux brasseries de Menasha vendaient déjà leur bière à Neenah. Maintenant, les plus grandes brasseries d'Oshkosh envoyaient de la bière en ville. Tout aussi troublant était le gain de traction des brigades anti-alcool.

En 1875, les partisans de la tempérance de Neenah étaient une force avec laquelle il fallait compter. Avec des noms tels que The Good Templars (130 membres), The Crystal Lodge (plus de 80 membres) et The Sons of Temperance (75 membres), ils étaient devenus un élément dominant au sein de la communauté de 4 300 personnes. Leur objectif était d'interdire la vente d'alcool. Ils ne voulaient rien de moins qu'une Neenah sèche.

Les forces sèches n'allaient pas sans opposition. Les 15 saloons de Neenah avaient tout intérêt à ce que la bière coule à flot. Les patrons de ces saloons, dont beaucoup faisaient partie de la communauté peuplée d'immigrants européens de Neenah, n'avaient pas non plus l'intention de renoncer à leur repas traditionnel. Les wets and drys de Neenah étaient divisés non seulement par l'idéologie, mais aussi par l'ethnicité.

Les frères Ehrgott
Au milieu de la tourmente, les frères Ehrgott ont accru leur participation dans Neenah. À la fin des années 1880, la brasserie Neenah produisait un peu plus de 400 barils de bière par an. C'était alors l'une des sept brasseries du comté de Winnebago. Pour aider à sécuriser leur marché local, Frank Ehrgott a acheté un saloon situé sur ce qui est maintenant 128 W. Wisconsin Ave. Construit un an plus tôt, le saloon d'Ehrgott servait de maison liée à la brasserie servant uniquement la bière de la Neenah Brewery.

La maison attachée d'Ehrgott.
Avec Frank à la tête du saloon, Adam Ehrgott a pris le contrôle de la brasserie. Il a assumé la pleine propriété de la brasserie Neenah en septembre 1882. Il semble avoir bien réussi pendant cette période. Entre 1884 et 1887, Adam Ehrgott a apporté un certain nombre d'améliorations à la brasserie, y compris la construction d'une nouvelle brasserie et d'une glacière au nord immédiat de la brasserie d'origine. Les cartes ci-dessous illustrent l'expansion de la brasserie.

1884
1887
Les améliorations étaient presque obsolètes au moment où elles étaient terminées. D'autres brasseurs éliminaient déjà progressivement le type d'améliorations qu'Ehrgott faisait. La réfrigération mécanique remplaçait rapidement la méthode séculaire de refroidissement avec de la glace récoltée dans des caves en pierre. Les méthodes de l'ancien monde étaient en contradiction avec une industrie fondamentalement remodelée par la science.

La brasserie originale Neenah est sur la droite. La maison de glace et la brasserie mises à jour
construit pendant l'ère Ehrgott est le grand bâtiment au centre de la photo.
Rivaux proches et lointains
L'une de ces brasseries voisines tirant parti des nouvelles technologies était la Walter Brothers Brewing Company à Menasha, à proximité. Christian et Martin Walter avaient acheté ce qui avait été la brasserie Island en 1888. Les frères Walter ont rapidement construit leur brasserie et ont commencé à pousser vigoureusement leur bière sur le marché de Neenah.

Au début des années 1890, la petite brasserie d'Adam Ehrgott se battait pour survivre au milieu d'une marée montante de bière provenant d'ailleurs. Et ce n'était plus seulement la bière de Menasha ou d'Oshkosh qui coulait dans Neenah. Parmi les nouveaux rivaux se trouvait un ancien brasseur nommé Jacob Mayer.

Dans les années 1870, Jacob Mayer était copropriétaire de la brasserie Island à Menasha. Après avoir vendu sa participation dans cette brasserie, il s'est finalement installé à Neenah où il a ouvert une usine d'embouteillage et un entrepôt de distribution de bière au coin des rues Union et Sherry. En partenariat avec son fils Joseph, les Mayer ont commencé à distribuer de la bière à Neenah qui avait été acheminée par chemin de fer depuis d'autres parties de l'État. La brasserie Hartig & Manz de Watertown était l'un des premiers clients de Mayer à faire connaître sa présence à Neenah.

Le flotteur Hartig & Manz dans le défilé du 4 juillet de Neenah en 1893.
Une bouteille de chez Mayer
travaux d'embouteillage.

En 1892, les Mayer apportaient de la bière de Miller Brewing of Milwaukee. Miller a pris une affection particulière pour Neenah, établissant un salon et un hôtel liés nommé Murer House à côté du dépôt de train au 432 Sherry Street. Parmi les premiers sites que les passagers ont rencontrés en arrivant à Neenah en train, il y avait la belle taverne en brique ornée de panneaux indiquant Miller Beer.

Comme il se présente aujourd'hui.
Pour Adam Ehrgott, c'était devenu trop. Près de 20 ans après que les frères Ehrgott aient commencé à brasser à Neenah, Adam Ehrgott a vendu la brasserie Neenah. S'il nourrissait une rancune, cela ne le battait pas. Il irait plus tard travailler pour l'un de ses rivaux de Menasha, Walter Brothers Brewing.

Angermeyer
Le 11 novembre 1901, Henry Angermeyer devient le nouveau propriétaire de la Brasserie Neenah. Le brasseur d'origine allemande était venu en Amérique 15 ans plus tôt et était à une semaine de son 39e anniversaire lorsqu'il a pris possession de la brasserie.

Angermeyer savait dans quoi il s'engageait. Avant son arrivée, il brassait de la bière pour la Sterling Brewing Company, de Sterling, dans l'Illinois. La situation y était similaire à celle qu'Angermeyer allait affronter à Neenah. Sterling avait une petite brasserie et elle était engagée dans le même genre de luttes intestines régionales avec d'autres brasseries qui tourmentaient la brasserie Neenah. C'était une bataille qu'Angermeyer ne pouvait pas gagner.

Trois ans après l'arrivée d'Angermeyer, la Brasserie Neenah s'en sortait à peine. Le Wisconsin Blue Book de 1904 répertorie Angermeyer comme la seule personne travaillant dans la brasserie Neenah. C'était une tâche impossible pour un brasseur essayant de produire 500 barils de bière blonde par an dans une brasserie refroidie par la glace. Les choses n'allaient pas s'améliorer non plus.

Le soir du 4 août 1905, Angermeyer et un autre homme de Neenah nommé Albert Zehner ramenaient un bateau chargé de traverses à travers le Neenah Slough. Près du pont de la rue Main, le bateau a pris l'eau et a commencé à couler. Zehner a réussi à nager jusqu'au rivage. Angermeyer ne l'a pas fait. Son corps a été retiré de l'eau par une équipe de recherche et de sauvetage. Angermeyer a été déclaré mort vers 21h45.

Henry Angermeyer a laissé une femme, trois jeunes enfants et une brasserie en voie de dissolution.

1906, la brasserie Neenah, domaine Henry Angermeyer.

Le Doerr de clôture
En octobre 1906, Lizzie Angermeyer trouva repreneur pour la brasserie que son défunt mari avait tenté de faire revivre. Le nouveau propriétaire s'appelait Oscar Doerr. Un autre brasseur d'origine allemande exercerait son métier à la brasserie Neenah.

Avant son arrivée, Doerr avait été maître brasseur à la White Eagle Brewery de Chicago. Ses plans pour Neenah étaient ambitieux. Deux mois après son rachat de la brasserie Neenah, Le brasseur occidental a rapporté : « M. Doerr apportera de nombreuses améliorations à l'usine et jusqu'à ce que celles-ci soient terminées, ses clients seront approvisionnés par la Menasha Brewing Company.

Parmi les améliorations prévues figurait l'installation d'une ligne d'embouteillage, un aspect de l'entreprise que la brasserie Neenah avait éludé à son propre détriment. Mais confier vos comptes à un rival local pendant que vous réhabilitez votre brasserie n'était pas une recette pour réussir. Le plan de Doerr est tombé à plat.

À la fin de 1909, la brasserie Neenah était presque terminée. L'afflux de bière provenant de brasseries plus efficaces a placé la brasserie de Neenah dans une position concurrentielle trop désavantageuse pour être surmontée. Doerr a reconnu sa défaite. Le 3 janvier, le premier jour ouvrable de 1910, Doerr vendit la brasserie. Il finira par retourner à Chicago.

Le nouveau propriétaire était Louis Sorenson, un employé de la Bergstrom Stove Company. Sorenson n'avait aucune relation préalable avec les brasseries, mais ce n'était pas la question. Il semble que l'achat ait été motivé par le retour potentiel à la revente et non par une tentative de redonner vie à la brasserie. Le 21 avril 1911, Sorenson scelle le destin de la brasserie. Il la vendit à la Walter Brothers Brewing Company.

Walter Brothers n'avait guère besoin d'une brasserie démodée à seulement huit kilomètres de son usine moderne du boulevard Nicolet. Les nouveaux propriétaires ont vidé la brasserie Neenah. Le bâtiment a été converti en un hôtel au-dessus d'un salon vendant de la bière Walter Brothers. Pour la première fois depuis plus de 50 ans, Neenah était sans brasserie.

La brasserie avait disparu, mais la guerre de l'alcool faisait rage.

Sèche et mouille
Le rachat de la brasserie par les frères Walter fait suite à une nouvelle défaite des forces sèches de Neenah. Lors des élections d'avril 1911, les drys manquèrent de peu d'adopter une mesure interdisant la vente d'alcool dans la ville. Sans se décourager, ils ont réessayé. Puis à nouveau. Enfin, en 1917, la faction sèche atteint son objectif. Le 1er juillet 1917, Neenah est devenue la seule ville constituée du comté de Winnebago à se voter à sec. La mesure a été promulguée par un seul vote.

L'année suivante, les wets se sont ralliés. Encore une fois, il s'agissait d'un vote. Les électeurs de Neenah ont abrogé la loi sèche par une marge de 13 voix. Le 1er juillet 1918, les saloons de Neenah reprennent leurs activités. Le dernier mot sur la question est tombé moins de deux ans plus tard. Le 18e amendement est entré en vigueur le 17 janvier 1920, marquant le début de la prohibition nationale.

Sans surprise, la Prohibition a apporté le retour du brassage à Neenah. Mais les brasseurs étaient passés dans la clandestinité. au sens propre.

Milwaukee Sentinelle, 23 décembre 1928.

En cendres
Lorsque la prohibition a pris fin en 1933, les brasseries de Menasha et d'Oshkosh ont repris leurs activités. À Neenah, l'ancienne brasserie était trop loin pour être rachetée.

À cette époque, la brasserie Neenah n'était plus qu'un souvenir. Peu de gens pouvaient se rappeler qu'il y avait eu une brasserie florissante sur Lake Street. L'odeur de la bière persistait encore, mais maintenant c'était du Schlitz rassis au Jerrys' Lakeside Bar. Ce qui a survécu du passé a été éteint en 1968, lorsque le bâtiment a été à nouveau éviscéré. Cette fois par le feu. Après l'incendie, les restes ont été renversés et enterrés.

L'incendie de 1968. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
La suite. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
129 Lake Street, ancien terrain de la brasserie Neenah.
Retour rugissant
La brasserie est revenue à Neenah Le 20 novembre 2015, lorsqu'Alex Wenzel a ouvert Lion's Tail Brewing Company dans le bâtiment Equitable Reserve Association au 116 S. Commercial Street. Comme Jacob Lachmann avant lui, Wenzel est le prototype des brasseurs de sa génération.

Ancien brasseur amateur dont l'obsession est devenue un métier, Wenzel brasse une large gamme de bières sur un système de 10 fûts dans un bâtiment qui montait au moment où la brasserie Neenah s'effondrait. Les bières que Wenzel produit qu'il vend à partir de la taproom qu'il exploite en collaboration avec la brasserie. C'est un arrangement que les frères Ehrgott apprécieraient.


De Lachmann à Lion's Tail : une histoire du brassage à Neenah

La brasserie Neenah reste une inconnue relative dans le contexte de l'histoire brassicole du Wisconsin. Cela semblerait être une circonstance inhabituelle pour toute brasserie du Wisconsin comme celle-ci, en activité depuis plus de 50 ans. Mais l'obscurité de la brasserie Neenah n'est pas tout à fait surprenante.

C'était une brasserie qui faisait peu de publicité. La conséquence étant que les collectionneurs n'ont pas su préserver et transmettre la vision de la brasserie d'elle-même. Ce sont souvent les collectionneurs de brasseries qui deviennent les gardiens de l'héritage d'une petite brasserie.

La relation controversée de la ville avec l'alcool a également conspiré contre la brasserie Neenah. Pendant une grande partie de son histoire, Neenah a été dominée par les Yankees protestants qui avaient peu d'utilité pour les coutumes de consommation de bière des immigrants européens de la ville.

Ces Yankees et leurs descendants immédiats étaient également en grande partie responsables de la diffusion de l'histoire ancienne de Neenah. Ce n'est pas une coïncidence si une brasserie dirigée par des immigrants a rarement été enregistrée. Au moment où ce préjugé a expiré, la brasserie Neenah avait déjà été oubliée.

Le moment est venu de jeter un nouveau regard sur l'histoire du brassage à Neenah. Avec le lancement récent de Lion's Tail Brewing, l'héritage brassicole de la ville a été renouvelé. Les brasseurs qui ont créé cet héritage méritent d'être connus.

Parler d'une brasserie à Neenah
En 1849, arriva l'arrivée des brasseries dans le comté de Winnebago. Cette année-là, deux brasseries ont été lancées à Oshkosh et il a été question cette fois-ci d'en projeter une à Neenah. On disait que c'était le projet d'un Gallois nommé Jones. Si Jones a déjà fait fonctionner sa brasserie à Neenah, cela n'a pas duré. Il ne semble y avoir aucune trace de cette brasserie étant opérationnelle ou produisant de la bière à vendre.

Mais Neenah a continué à grandir. Stimulée par un afflux d'immigrants allemands, la population de Neenah était passée à 1 296 habitants en 1856. Ce ne serait qu'une question de temps avant que Neenah n'ait sa brasserie. Ce moment ne serait pas bien accueilli par tous.

Neenah, vers 1856.
John Robbins Kimberly était l'un des premiers colons les plus riches et les plus influents de Neenah. Un Yankee sévère, on a demandé à Kimberly où il pensait qu'un bon emplacement pour une brasserie serait. Kimberly aurait répondu : "En enfer, monsieur". Sa rancœur laissait présager le conflit à venir.

Au grand dam de Kimberly, l'enfer à Neenah serait situé sur la rive de Little Lake Butte Des Morts sur une propriété maintenant appelée 129 Lake Street. L'immigrant qui a élevé cet enfer s'appelait Jacob Lachmann.

Une idylle de brasserie
Né dans le Wurtemberg vers 1823, Jacob Lachmann a suivi une formation de brasseur dans son pays natal. C'était aussi un homme de son temps. Lachmann s'est engagé dans les bouleversements politiques qui ont balayé l'Europe en 1848, menant une compagnie de « troupes libres » dans une lutte pour les droits constitutionnels. Dans le contrecoup qui a suivi les troubles, Lachmann a fui son pays natal. Il arrive à New York en 1849. Lachmann passe plusieurs années sur la côte est avant de se rendre à Milwaukee en 1854, puis à Neenah en 1856.

Le 21 mai 1856, Lachmann a acheté une partie du lot 4 dans le bloc 30 de Palmer's Map of Neenah et a commencé à construire sa brasserie. À la fin de l'année, la brasserie Neenah était opérationnelle.

Emplacement de la brasserie Neenah surligné en rouge.
Lachmann's était une configuration typique pour un brasseur de bière blonde. La proximité du lac était idéale. Cela signifiait l'accessibilité à une énorme réserve de glace d'hiver. La récolte de cette glace et son stockage ultérieur dans la cave à bière blonde de la brasserie ont permis à Lachmann de brasser sa bière blonde de fermentation fraîche même lorsque le temps se réchauffait.

La brasserie elle-même était construite en briques. Le bâtiment servait également de maison à Lachmann, sa femme Katrina, leurs quatre enfants et les deux ouvriers qui partageaient souvent les quartiers avec la famille. La ressemblance avec les brasseries rustiques et villageoises d'Allemagne aurait été frappante.

Bière locale
Les brasseries du comté de Winnebago de cette période étaient des affaires locales, leurs clients vivant à proximité de l'endroit où la bière était fabriquée. Les matériaux utilisés dans la fabrication de la bière étaient également d'origine locale.

L'orge avait été cultivée en abondance dans le comté de Winnebago depuis le moment où la terre avait été ouverte à l'agriculture près de deux décennies plus tôt. Lachmann achetait le grain à des agriculteurs voisins et en faisait son propre malt de brasseur. La culture du houblon avait commencé à la fin des années 1840. Comme d'autres brasseurs de la région, Lachmann aurait pu choisir la culture locale.

En 1870, la Neenah Brewery n'était que l'une des 11 brasseries de ce type opérant dans le comté. Mais le mandat de Lachmann touchait déjà à sa fin. Il y a des indications que Lachmann était en mauvaise santé vers la fin de sa course à la brasserie. En tout cas, en 1872, il vendit la brasserie et partit à la retraite.

Rassembler des tempêtes
Le 28 octobre 1872, Frank Ehrgott prend possession de la brasserie Neenah. Il fut bientôt rejoint dans l'entreprise par son frère Adam. Comme Lachmann, les frères Ehrgott étaient des immigrants allemands. Mais les Ehrgott feraient face à des défis inconnus de leur prédécesseur.

Le système de chemins de fer traversant le comté de Winnebago a permis aux brasseries d'étendre plus facilement leur portée dans les communautés voisines. Les deux brasseries de Menasha vendaient déjà leur bière à Neenah. Maintenant, les plus grandes brasseries d'Oshkosh envoyaient de la bière en ville. Tout aussi troublant était le gain de traction des brigades anti-alcool.

En 1875, les partisans de la tempérance de Neenah étaient une force avec laquelle il fallait compter. Avec des noms tels que The Good Templars (130 membres), The Crystal Lodge (plus de 80 membres) et The Sons of Temperance (75 membres), ils étaient devenus un élément dominant au sein de la communauté de 4 300 personnes. Leur objectif était d'interdire la vente d'alcool. Ils ne voulaient rien de moins qu'une Neenah sèche.

Les forces sèches n'allaient pas sans opposition. Les 15 saloons de Neenah avaient tout intérêt à ce que la bière coule à flot. Les patrons de ces saloons, dont beaucoup faisaient partie de la communauté peuplée d'immigrants européens de Neenah, n'avaient pas non plus l'intention de renoncer à leur repas traditionnel. Les wets and drys de Neenah étaient divisés non seulement par l'idéologie, mais aussi par l'ethnicité.

Les frères Ehrgott
Au milieu de la tourmente, les frères Ehrgott ont accru leur participation dans Neenah. À la fin des années 1880, la brasserie Neenah produisait un peu plus de 400 barils de bière par an. C'était alors l'une des sept brasseries du comté de Winnebago. Pour aider à sécuriser leur marché local, Frank Ehrgott a acheté un saloon situé sur ce qui est maintenant 128 W. Wisconsin Ave. Construit un an plus tôt, le saloon d'Ehrgott servait de maison liée à la brasserie servant uniquement la bière de la Neenah Brewery.

La maison attachée d'Ehrgott.
Avec Frank à la tête du saloon, Adam Ehrgott a pris le contrôle de la brasserie. Il a assumé la pleine propriété de la brasserie Neenah en septembre 1882. Il semble avoir bien réussi pendant cette période. Entre 1884 et 1887, Adam Ehrgott a apporté un certain nombre d'améliorations à la brasserie, y compris la construction d'une nouvelle brasserie et d'une glacière au nord immédiat de la brasserie d'origine. Les cartes ci-dessous illustrent l'expansion de la brasserie.

1884
1887
Les améliorations étaient presque obsolètes au moment où elles étaient terminées. D'autres brasseurs éliminaient déjà progressivement le type d'améliorations qu'Ehrgott faisait. La réfrigération mécanique remplaçait rapidement la méthode séculaire de refroidissement avec de la glace récoltée dans des caves en pierre. Les méthodes de l'ancien monde étaient en contradiction avec une industrie fondamentalement remodelée par la science.

La brasserie originale Neenah est sur la droite. La maison de glace et la brasserie mises à jour
construit pendant l'ère Ehrgott est le grand bâtiment au centre de la photo.
Rivaux proches et lointains
L'une de ces brasseries voisines tirant parti des nouvelles technologies était la Walter Brothers Brewing Company à Menasha, à proximité. Christian et Martin Walter avaient acheté ce qui avait été la brasserie Island en 1888. Les frères Walter ont rapidement construit leur brasserie et ont commencé à pousser vigoureusement leur bière sur le marché de Neenah.

Au début des années 1890, la petite brasserie d'Adam Ehrgott se battait pour survivre au milieu d'une marée montante de bière provenant d'ailleurs. Et ce n'était plus seulement la bière de Menasha ou d'Oshkosh qui coulait dans Neenah. Parmi les nouveaux rivaux se trouvait un ancien brasseur nommé Jacob Mayer.

Dans les années 1870, Jacob Mayer était copropriétaire de la brasserie Island à Menasha. Après avoir vendu sa participation dans cette brasserie, il s'est finalement installé à Neenah où il a ouvert une usine d'embouteillage et un entrepôt de distribution de bière au coin des rues Union et Sherry. En partenariat avec son fils Joseph, les Mayer ont commencé à distribuer de la bière à Neenah qui avait été acheminée par chemin de fer depuis d'autres parties de l'État. La brasserie Hartig & Manz de Watertown était l'un des premiers clients de Mayer à faire connaître sa présence à Neenah.

Le flotteur Hartig & Manz dans le défilé du 4 juillet de Neenah en 1893.
Une bouteille de chez Mayer
travaux d'embouteillage.

En 1892, les Mayer apportaient de la bière de Miller Brewing of Milwaukee. Miller a pris une affection particulière pour Neenah, établissant un salon et un hôtel liés nommé Murer House à côté du dépôt de train au 432 Sherry Street. Parmi les premiers sites que les passagers ont rencontrés en arrivant à Neenah en train, il y avait la belle taverne en brique ornée de panneaux indiquant Miller Beer.

Comme il se présente aujourd'hui.
Pour Adam Ehrgott, c'était devenu trop. Près de 20 ans après que les frères Ehrgott aient commencé à brasser à Neenah, Adam Ehrgott a vendu la brasserie Neenah. S'il nourrissait une rancune, cela ne le battait pas. Il irait plus tard travailler pour l'un de ses rivaux de Menasha, Walter Brothers Brewing.

Angermeyer
Le 11 novembre 1901, Henry Angermeyer devient le nouveau propriétaire de la Brasserie Neenah. Le brasseur d'origine allemande était venu en Amérique 15 ans plus tôt et était à une semaine de son 39e anniversaire lorsqu'il a pris possession de la brasserie.

Angermeyer savait dans quoi il s'engageait. Avant son arrivée, il brassait de la bière pour la Sterling Brewing Company, de Sterling, dans l'Illinois. La situation y était similaire à celle qu'Angermeyer allait affronter à Neenah. Sterling avait une petite brasserie et elle était engagée dans le même genre de luttes intestines régionales avec d'autres brasseries qui tourmentaient la brasserie Neenah. C'était une bataille qu'Angermeyer ne pouvait pas gagner.

Trois ans après l'arrivée d'Angermeyer, la Brasserie Neenah s'en sortait à peine. Le Wisconsin Blue Book de 1904 répertorie Angermeyer comme la seule personne travaillant dans la brasserie Neenah. C'était une tâche impossible pour un brasseur essayant de produire 500 barils de bière blonde par an dans une brasserie refroidie par la glace. Les choses n'allaient pas s'améliorer non plus.

Le soir du 4 août 1905, Angermeyer et un autre homme de Neenah nommé Albert Zehner ramenaient un bateau chargé de traverses à travers le Neenah Slough. Près du pont de la rue Main, le bateau a pris l'eau et a commencé à couler. Zehner a réussi à nager jusqu'au rivage. Angermeyer ne l'a pas fait. Son corps a été retiré de l'eau par une équipe de recherche et de sauvetage. Angermeyer a été déclaré mort vers 21h45.

Henry Angermeyer a laissé une femme, trois jeunes enfants et une brasserie en voie de dissolution.

1906, la brasserie Neenah, domaine Henry Angermeyer.

Le Doerr de clôture
En octobre 1906, Lizzie Angermeyer trouva repreneur pour la brasserie que son défunt mari avait tenté de faire revivre. Le nouveau propriétaire s'appelait Oscar Doerr. Un autre brasseur d'origine allemande exercerait son métier à la brasserie Neenah.

Avant son arrivée, Doerr avait été maître brasseur à la White Eagle Brewery de Chicago. Ses plans pour Neenah étaient ambitieux. Deux mois après son rachat de la brasserie Neenah, Le brasseur occidental a rapporté : « M. Doerr apportera de nombreuses améliorations à l'usine et jusqu'à ce que celles-ci soient terminées, ses clients seront approvisionnés par la Menasha Brewing Company.

Parmi les améliorations prévues figurait l'installation d'une ligne d'embouteillage, un aspect de l'entreprise que la brasserie Neenah avait éludé à son propre détriment. Mais confier vos comptes à un rival local pendant que vous réhabilitez votre brasserie n'était pas une recette pour réussir. Le plan de Doerr est tombé à plat.

À la fin de 1909, la brasserie Neenah était presque terminée. L'afflux de bière provenant de brasseries plus efficaces a placé la brasserie de Neenah dans une position concurrentielle trop désavantageuse pour être surmontée. Doerr a reconnu sa défaite. Le 3 janvier, le premier jour ouvrable de 1910, Doerr vendit la brasserie. Il finira par retourner à Chicago.

Le nouveau propriétaire était Louis Sorenson, un employé de la Bergstrom Stove Company. Sorenson n'avait aucune relation préalable avec les brasseries, mais ce n'était pas la question. Il semble que l'achat ait été motivé par le retour potentiel à la revente et non par une tentative de redonner vie à la brasserie. Le 21 avril 1911, Sorenson scelle le destin de la brasserie. Il la vendit à la Walter Brothers Brewing Company.

Walter Brothers n'avait guère besoin d'une brasserie démodée à seulement huit kilomètres de son usine moderne du boulevard Nicolet. Les nouveaux propriétaires ont vidé la brasserie Neenah. Le bâtiment a été converti en un hôtel au-dessus d'un salon vendant de la bière Walter Brothers. Pour la première fois depuis plus de 50 ans, Neenah était sans brasserie.

La brasserie avait disparu, mais la guerre de l'alcool faisait rage.

Sèche et mouille
Le rachat de la brasserie par les frères Walter fait suite à une nouvelle défaite des forces sèches de Neenah. Lors des élections d'avril 1911, les drys manquèrent de peu d'adopter une mesure interdisant la vente d'alcool dans la ville. Sans se décourager, ils ont réessayé. Puis à nouveau. Enfin, en 1917, la faction sèche atteint son objectif. Le 1er juillet 1917, Neenah est devenue la seule ville constituée du comté de Winnebago à se voter à sec. La mesure a été promulguée par un seul vote.

L'année suivante, les wets se sont ralliés. Encore une fois, il s'agissait d'un vote. Les électeurs de Neenah ont abrogé la loi sèche par une marge de 13 voix. Le 1er juillet 1918, les saloons de Neenah reprennent leurs activités. Le dernier mot sur la question est tombé moins de deux ans plus tard. Le 18e amendement est entré en vigueur le 17 janvier 1920, marquant le début de la prohibition nationale.

Sans surprise, la Prohibition a apporté le retour du brassage à Neenah. Mais les brasseurs étaient passés dans la clandestinité. au sens propre.

Milwaukee Sentinelle, 23 décembre 1928.

En cendres
Lorsque la prohibition a pris fin en 1933, les brasseries de Menasha et d'Oshkosh ont repris leurs activités. À Neenah, l'ancienne brasserie était trop loin pour être rachetée.

À cette époque, la brasserie Neenah n'était plus qu'un souvenir. Peu de gens pouvaient se rappeler qu'il y avait eu une brasserie florissante sur Lake Street. L'odeur de la bière persistait encore, mais maintenant c'était du Schlitz rassis au Jerrys' Lakeside Bar. Ce qui a survécu du passé a été éteint en 1968, lorsque le bâtiment a été à nouveau éviscéré. Cette fois par le feu. Après l'incendie, les restes ont été renversés et enterrés.

L'incendie de 1968. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
La suite. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
129 Lake Street, ancien terrain de la brasserie Neenah.
Retour rugissant
La brasserie est revenue à Neenah Le 20 novembre 2015, lorsqu'Alex Wenzel a ouvert Lion's Tail Brewing Company dans le bâtiment Equitable Reserve Association au 116 S. Commercial Street. Comme Jacob Lachmann avant lui, Wenzel est le prototype des brasseurs de sa génération.

Ancien brasseur amateur dont l'obsession est devenue un métier, Wenzel brasse une large gamme de bières sur un système de 10 fûts dans un bâtiment qui montait au moment où la brasserie Neenah s'effondrait. Les bières que Wenzel produit qu'il vend à partir de la taproom qu'il exploite en collaboration avec la brasserie. C'est un arrangement que les frères Ehrgott apprécieraient.


De Lachmann à Lion's Tail : une histoire du brassage à Neenah

La brasserie Neenah reste une inconnue relative dans le contexte de l'histoire brassicole du Wisconsin. Cela semblerait être une circonstance inhabituelle pour toute brasserie du Wisconsin comme celle-ci, en activité depuis plus de 50 ans. Mais l'obscurité de la brasserie Neenah n'est pas tout à fait surprenante.

C'était une brasserie qui faisait peu de publicité. La conséquence étant que les collectionneurs n'ont pas su préserver et transmettre la vision de la brasserie d'elle-même. Ce sont souvent les collectionneurs de brasseries qui deviennent les gardiens de l'héritage d'une petite brasserie.

La relation controversée de la ville avec l'alcool a également conspiré contre la brasserie Neenah. Pendant une grande partie de son histoire, Neenah a été dominée par les Yankees protestants qui avaient peu d'utilité pour les coutumes de consommation de bière des immigrants européens de la ville.

Ces Yankees et leurs descendants immédiats étaient également en grande partie responsables de la diffusion de l'histoire ancienne de Neenah. Ce n'est pas une coïncidence si une brasserie dirigée par des immigrants a rarement été enregistrée. Au moment où ce préjugé a expiré, la brasserie Neenah avait déjà été oubliée.

Le moment est venu de jeter un nouveau regard sur l'histoire du brassage à Neenah. Avec le lancement récent de Lion's Tail Brewing, l'héritage brassicole de la ville a été renouvelé. Les brasseurs qui ont créé cet héritage méritent d'être connus.

Parler d'une brasserie à Neenah
En 1849, arriva l'arrivée des brasseries dans le comté de Winnebago. Cette année-là, deux brasseries ont été lancées à Oshkosh et il a été question cette fois-ci d'en projeter une à Neenah. On disait que c'était le projet d'un Gallois nommé Jones. Si Jones a déjà fait fonctionner sa brasserie à Neenah, cela n'a pas duré. Il ne semble y avoir aucune trace de cette brasserie étant opérationnelle ou produisant de la bière à vendre.

Mais Neenah a continué à grandir. Stimulée par un afflux d'immigrants allemands, la population de Neenah était passée à 1 296 habitants en 1856. Ce ne serait qu'une question de temps avant que Neenah n'ait sa brasserie. Ce moment ne serait pas bien accueilli par tous.

Neenah, vers 1856.
John Robbins Kimberly était l'un des premiers colons les plus riches et les plus influents de Neenah. Un Yankee sévère, on a demandé à Kimberly où il pensait qu'un bon emplacement pour une brasserie serait. Kimberly aurait répondu : "En enfer, monsieur". Sa rancœur laissait présager le conflit à venir.

Au grand dam de Kimberly, l'enfer à Neenah serait situé sur la rive de Little Lake Butte Des Morts sur une propriété maintenant appelée 129 Lake Street. L'immigrant qui a élevé cet enfer s'appelait Jacob Lachmann.

Une idylle de brasserie
Né dans le Wurtemberg vers 1823, Jacob Lachmann a suivi une formation de brasseur dans son pays natal. C'était aussi un homme de son temps. Lachmann s'est engagé dans les bouleversements politiques qui ont balayé l'Europe en 1848, menant une compagnie de « troupes libres » dans une lutte pour les droits constitutionnels. Dans le contrecoup qui a suivi les troubles, Lachmann a fui son pays natal. Il arrive à New York en 1849. Lachmann passe plusieurs années sur la côte est avant de se rendre à Milwaukee en 1854, puis à Neenah en 1856.

Le 21 mai 1856, Lachmann a acheté une partie du lot 4 dans le bloc 30 de Palmer's Map of Neenah et a commencé à construire sa brasserie. À la fin de l'année, la brasserie Neenah était opérationnelle.

Emplacement de la brasserie Neenah surligné en rouge.
Lachmann's était une configuration typique pour un brasseur de bière blonde. La proximité du lac était idéale. Cela signifiait l'accessibilité à une énorme réserve de glace d'hiver. La récolte de cette glace et son stockage ultérieur dans la cave à bière blonde de la brasserie ont permis à Lachmann de brasser sa bière blonde de fermentation fraîche même lorsque le temps se réchauffait.

La brasserie elle-même était construite en briques. Le bâtiment servait également de maison à Lachmann, sa femme Katrina, leurs quatre enfants et les deux ouvriers qui partageaient souvent les quartiers avec la famille. La ressemblance avec les brasseries rustiques et villageoises d'Allemagne aurait été frappante.

Bière locale
Les brasseries du comté de Winnebago de cette période étaient des affaires locales, leurs clients vivant à proximité de l'endroit où la bière était fabriquée. Les matériaux utilisés dans la fabrication de la bière étaient également d'origine locale.

L'orge avait été cultivée en abondance dans le comté de Winnebago depuis le moment où la terre avait été ouverte à l'agriculture près de deux décennies plus tôt. Lachmann achetait le grain à des agriculteurs voisins et en faisait son propre malt de brasseur. La culture du houblon avait commencé à la fin des années 1840. Comme d'autres brasseurs de la région, Lachmann aurait pu choisir la culture locale.

En 1870, la Neenah Brewery n'était que l'une des 11 brasseries de ce type opérant dans le comté. Mais le mandat de Lachmann touchait déjà à sa fin. Il y a des indications que Lachmann était en mauvaise santé vers la fin de sa course à la brasserie. En tout cas, en 1872, il vendit la brasserie et partit à la retraite.

Rassembler des tempêtes
Le 28 octobre 1872, Frank Ehrgott prend possession de la brasserie Neenah. Il fut bientôt rejoint dans l'entreprise par son frère Adam. Comme Lachmann, les frères Ehrgott étaient des immigrants allemands. Mais les Ehrgott feraient face à des défis inconnus de leur prédécesseur.

Le système de chemins de fer traversant le comté de Winnebago a permis aux brasseries d'étendre plus facilement leur portée dans les communautés voisines. Les deux brasseries de Menasha vendaient déjà leur bière à Neenah. Maintenant, les plus grandes brasseries d'Oshkosh envoyaient de la bière en ville. Tout aussi troublant était le gain de traction des brigades anti-alcool.

En 1875, les partisans de la tempérance de Neenah étaient une force avec laquelle il fallait compter. Avec des noms tels que The Good Templars (130 membres), The Crystal Lodge (plus de 80 membres) et The Sons of Temperance (75 membres), ils étaient devenus un élément dominant au sein de la communauté de 4 300 personnes. Leur objectif était d'interdire la vente d'alcool. Ils ne voulaient rien de moins qu'une Neenah sèche.

Les forces sèches n'allaient pas sans opposition. Les 15 saloons de Neenah avaient tout intérêt à ce que la bière coule à flot. Les patrons de ces saloons, dont beaucoup faisaient partie de la communauté peuplée d'immigrants européens de Neenah, n'avaient pas non plus l'intention de renoncer à leur repas traditionnel. Les wets and drys de Neenah étaient divisés non seulement par l'idéologie, mais aussi par l'ethnicité.

Les frères Ehrgott
Au milieu de la tourmente, les frères Ehrgott ont accru leur participation dans Neenah. À la fin des années 1880, la brasserie Neenah produisait un peu plus de 400 barils de bière par an. C'était alors l'une des sept brasseries du comté de Winnebago. Pour aider à sécuriser leur marché local, Frank Ehrgott a acheté un saloon situé sur ce qui est maintenant 128 W. Wisconsin Ave. Construit un an plus tôt, le saloon d'Ehrgott servait de maison liée à la brasserie servant uniquement la bière de la Neenah Brewery.

La maison attachée d'Ehrgott.
Avec Frank à la tête du saloon, Adam Ehrgott a pris le contrôle de la brasserie. Il a assumé la pleine propriété de la brasserie Neenah en septembre 1882. Il semble avoir bien réussi pendant cette période. Entre 1884 et 1887, Adam Ehrgott a apporté un certain nombre d'améliorations à la brasserie, y compris la construction d'une nouvelle brasserie et d'une glacière au nord immédiat de la brasserie d'origine. Les cartes ci-dessous illustrent l'expansion de la brasserie.

1884
1887
Les améliorations étaient presque obsolètes au moment où elles étaient terminées. D'autres brasseurs éliminaient déjà progressivement le type d'améliorations qu'Ehrgott faisait. La réfrigération mécanique remplaçait rapidement la méthode séculaire de refroidissement avec de la glace récoltée dans des caves en pierre. Les méthodes de l'ancien monde étaient en contradiction avec une industrie fondamentalement remodelée par la science.

La brasserie originale Neenah est sur la droite. La maison de glace et la brasserie mises à jour
construit pendant l'ère Ehrgott est le grand bâtiment au centre de la photo.
Rivaux proches et lointains
L'une de ces brasseries voisines tirant parti des nouvelles technologies était la Walter Brothers Brewing Company à Menasha, à proximité. Christian et Martin Walter avaient acheté ce qui avait été la brasserie Island en 1888. Les frères Walter ont rapidement construit leur brasserie et ont commencé à pousser vigoureusement leur bière sur le marché de Neenah.

Au début des années 1890, la petite brasserie d'Adam Ehrgott se battait pour survivre au milieu d'une marée montante de bière provenant d'ailleurs. Et ce n'était plus seulement la bière de Menasha ou d'Oshkosh qui coulait dans Neenah. Parmi les nouveaux rivaux se trouvait un ancien brasseur nommé Jacob Mayer.

Dans les années 1870, Jacob Mayer était copropriétaire de la brasserie Island à Menasha. Après avoir vendu sa participation dans cette brasserie, il s'est finalement installé à Neenah où il a ouvert une usine d'embouteillage et un entrepôt de distribution de bière au coin des rues Union et Sherry. En partenariat avec son fils Joseph, les Mayer ont commencé à distribuer de la bière à Neenah qui avait été acheminée par chemin de fer depuis d'autres parties de l'État. La brasserie Hartig & Manz de Watertown était l'un des premiers clients de Mayer à faire connaître sa présence à Neenah.

Le flotteur Hartig & Manz dans le défilé du 4 juillet de Neenah en 1893.
Une bouteille de chez Mayer
travaux d'embouteillage.

En 1892, les Mayer apportaient de la bière de Miller Brewing of Milwaukee. Miller a pris une affection particulière pour Neenah, établissant un salon et un hôtel liés nommé Murer House à côté du dépôt de train au 432 Sherry Street. Parmi les premiers sites que les passagers ont rencontrés en arrivant à Neenah en train, il y avait la belle taverne en brique ornée de panneaux indiquant Miller Beer.

Comme il se présente aujourd'hui.
Pour Adam Ehrgott, c'était devenu trop. Près de 20 ans après que les frères Ehrgott aient commencé à brasser à Neenah, Adam Ehrgott a vendu la brasserie Neenah. S'il nourrissait une rancune, cela ne le battait pas. Il irait plus tard travailler pour l'un de ses rivaux de Menasha, Walter Brothers Brewing.

Angermeyer
Le 11 novembre 1901, Henry Angermeyer devient le nouveau propriétaire de la Brasserie Neenah. Le brasseur d'origine allemande était venu en Amérique 15 ans plus tôt et était à une semaine de son 39e anniversaire lorsqu'il a pris possession de la brasserie.

Angermeyer savait dans quoi il s'engageait. Avant son arrivée, il brassait de la bière pour la Sterling Brewing Company, de Sterling, dans l'Illinois. La situation y était similaire à celle qu'Angermeyer allait affronter à Neenah. Sterling avait une petite brasserie et elle était engagée dans le même genre de luttes intestines régionales avec d'autres brasseries qui tourmentaient la brasserie Neenah. C'était une bataille qu'Angermeyer ne pouvait pas gagner.

Trois ans après l'arrivée d'Angermeyer, la Brasserie Neenah s'en sortait à peine. Le Wisconsin Blue Book de 1904 répertorie Angermeyer comme la seule personne travaillant dans la brasserie Neenah. C'était une tâche impossible pour un brasseur essayant de produire 500 barils de bière blonde par an dans une brasserie refroidie par la glace. Les choses n'allaient pas s'améliorer non plus.

Le soir du 4 août 1905, Angermeyer et un autre homme de Neenah nommé Albert Zehner ramenaient un bateau chargé de traverses à travers le Neenah Slough. Près du pont de la rue Main, le bateau a pris l'eau et a commencé à couler. Zehner a réussi à nager jusqu'au rivage. Angermeyer ne l'a pas fait. Son corps a été retiré de l'eau par une équipe de recherche et de sauvetage. Angermeyer a été déclaré mort vers 21h45.

Henry Angermeyer a laissé une femme, trois jeunes enfants et une brasserie en voie de dissolution.

1906, la brasserie Neenah, domaine Henry Angermeyer.

Le Doerr de clôture
En octobre 1906, Lizzie Angermeyer trouva repreneur pour la brasserie que son défunt mari avait tenté de faire revivre. Le nouveau propriétaire s'appelait Oscar Doerr. Un autre brasseur d'origine allemande exercerait son métier à la brasserie Neenah.

Avant son arrivée, Doerr avait été maître brasseur à la White Eagle Brewery de Chicago. Ses plans pour Neenah étaient ambitieux. Deux mois après son rachat de la brasserie Neenah, Le brasseur occidental a rapporté : « M. Doerr apportera de nombreuses améliorations à l'usine et jusqu'à ce que celles-ci soient terminées, ses clients seront approvisionnés par la Menasha Brewing Company.

Parmi les améliorations prévues figurait l'installation d'une ligne d'embouteillage, un aspect de l'entreprise que la brasserie Neenah avait éludé à son propre détriment. Mais confier vos comptes à un rival local pendant que vous réhabilitez votre brasserie n'était pas une recette pour réussir. Le plan de Doerr est tombé à plat.

À la fin de 1909, la brasserie Neenah était presque terminée. L'afflux de bière provenant de brasseries plus efficaces a placé la brasserie de Neenah dans une position concurrentielle trop désavantageuse pour être surmontée. Doerr a reconnu sa défaite. Le 3 janvier, le premier jour ouvrable de 1910, Doerr vendit la brasserie. Il finira par retourner à Chicago.

Le nouveau propriétaire était Louis Sorenson, un employé de la Bergstrom Stove Company. Sorenson n'avait aucune relation préalable avec les brasseries, mais ce n'était pas la question. Il semble que l'achat ait été motivé par le retour potentiel à la revente et non par une tentative de redonner vie à la brasserie. Le 21 avril 1911, Sorenson scelle le destin de la brasserie. Il la vendit à la Walter Brothers Brewing Company.

Walter Brothers n'avait guère besoin d'une brasserie démodée à seulement huit kilomètres de son usine moderne du boulevard Nicolet. Les nouveaux propriétaires ont vidé la brasserie Neenah. Le bâtiment a été converti en un hôtel au-dessus d'un salon vendant de la bière Walter Brothers. Pour la première fois depuis plus de 50 ans, Neenah était sans brasserie.

La brasserie avait disparu, mais la guerre de l'alcool faisait rage.

Sèche et mouille
Le rachat de la brasserie par les frères Walter fait suite à une nouvelle défaite des forces sèches de Neenah. Lors des élections d'avril 1911, les drys manquèrent de peu d'adopter une mesure interdisant la vente d'alcool dans la ville. Sans se décourager, ils ont réessayé. Puis à nouveau. Enfin, en 1917, la faction sèche atteint son objectif. Le 1er juillet 1917, Neenah est devenue la seule ville constituée du comté de Winnebago à se voter à sec. La mesure a été promulguée par un seul vote.

L'année suivante, les wets se sont ralliés. Encore une fois, il s'agissait d'un vote. Les électeurs de Neenah ont abrogé la loi sèche par une marge de 13 voix. Le 1er juillet 1918, les saloons de Neenah reprennent leurs activités. Le dernier mot sur la question est tombé moins de deux ans plus tard. Le 18e amendement est entré en vigueur le 17 janvier 1920, marquant le début de la prohibition nationale.

Sans surprise, la Prohibition a apporté le retour du brassage à Neenah. Mais les brasseurs étaient passés dans la clandestinité. au sens propre.

Milwaukee Sentinelle, 23 décembre 1928.

En cendres
Lorsque la prohibition a pris fin en 1933, les brasseries de Menasha et d'Oshkosh ont repris leurs activités. À Neenah, l'ancienne brasserie était trop loin pour être rachetée.

À cette époque, la brasserie Neenah n'était plus qu'un souvenir. Peu de gens pouvaient se rappeler qu'il y avait eu une brasserie florissante sur Lake Street. L'odeur de la bière persistait encore, mais maintenant c'était du Schlitz rassis au Jerrys' Lakeside Bar. Ce qui a survécu du passé a été éteint en 1968, lorsque le bâtiment a été à nouveau éviscéré. Cette fois par le feu. Après l'incendie, les restes ont été renversés et enterrés.

L'incendie de 1968. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
La suite. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
129 Lake Street, ancien terrain de la brasserie Neenah.
Retour rugissant
La brasserie est revenue à Neenah Le 20 novembre 2015, lorsqu'Alex Wenzel a ouvert Lion's Tail Brewing Company dans le bâtiment Equitable Reserve Association au 116 S. Commercial Street. Comme Jacob Lachmann avant lui, Wenzel est le prototype des brasseurs de sa génération.

Ancien brasseur amateur dont l'obsession est devenue un métier, Wenzel brasse une large gamme de bières sur un système de 10 fûts dans un bâtiment qui montait au moment où la brasserie Neenah s'effondrait. Les bières que Wenzel produit qu'il vend à partir de la taproom qu'il exploite en collaboration avec la brasserie. C'est un arrangement que les frères Ehrgott apprécieraient.


De Lachmann à Lion's Tail : une histoire du brassage à Neenah

La brasserie Neenah reste une inconnue relative dans le contexte de l'histoire brassicole du Wisconsin. Cela semblerait être une circonstance inhabituelle pour toute brasserie du Wisconsin comme celle-ci, en activité depuis plus de 50 ans. Mais l'obscurité de la brasserie Neenah n'est pas tout à fait surprenante.

C'était une brasserie qui faisait peu de publicité. La conséquence étant que les collectionneurs n'ont pas su préserver et transmettre la vision de la brasserie d'elle-même. Ce sont souvent les collectionneurs de brasseries qui deviennent les gardiens de l'héritage d'une petite brasserie.

La relation controversée de la ville avec l'alcool a également conspiré contre la brasserie Neenah. Pendant une grande partie de son histoire, Neenah a été dominée par les Yankees protestants qui avaient peu d'utilité pour les coutumes de consommation de bière des immigrants européens de la ville.

Ces Yankees et leurs descendants immédiats étaient également en grande partie responsables de la diffusion de l'histoire ancienne de Neenah. Ce n'est pas une coïncidence si une brasserie dirigée par des immigrants a rarement été enregistrée. Au moment où ce préjugé a expiré, la brasserie Neenah avait déjà été oubliée.

Le moment est venu de jeter un nouveau regard sur l'histoire du brassage à Neenah. Avec le lancement récent de Lion's Tail Brewing, l'héritage brassicole de la ville a été renouvelé. Les brasseurs qui ont créé cet héritage méritent d'être connus.

Parler d'une brasserie à Neenah
En 1849, arriva l'arrivée des brasseries dans le comté de Winnebago. Cette année-là, deux brasseries ont été lancées à Oshkosh et il a été question cette fois-ci d'en projeter une à Neenah. On disait que c'était le projet d'un Gallois nommé Jones. Si Jones a déjà fait fonctionner sa brasserie à Neenah, cela n'a pas duré. Il ne semble y avoir aucune trace de cette brasserie étant opérationnelle ou produisant de la bière à vendre.

Mais Neenah a continué à grandir. Stimulée par un afflux d'immigrants allemands, la population de Neenah était passée à 1 296 habitants en 1856. Ce ne serait qu'une question de temps avant que Neenah n'ait sa brasserie. Ce moment ne serait pas bien accueilli par tous.

Neenah, vers 1856.
John Robbins Kimberly était l'un des premiers colons les plus riches et les plus influents de Neenah. Un Yankee sévère, on a demandé à Kimberly où il pensait qu'un bon emplacement pour une brasserie serait. Kimberly aurait répondu : "En enfer, monsieur". Sa rancœur laissait présager le conflit à venir.

Au grand dam de Kimberly, l'enfer à Neenah serait situé sur la rive de Little Lake Butte Des Morts sur une propriété maintenant appelée 129 Lake Street. L'immigrant qui a élevé cet enfer s'appelait Jacob Lachmann.

Une idylle de brasserie
Né dans le Wurtemberg vers 1823, Jacob Lachmann a suivi une formation de brasseur dans son pays natal. C'était aussi un homme de son temps. Lachmann s'est engagé dans les bouleversements politiques qui ont balayé l'Europe en 1848, menant une compagnie de « troupes libres » dans une lutte pour les droits constitutionnels. Dans le contrecoup qui a suivi les troubles, Lachmann a fui son pays natal. Il arrive à New York en 1849. Lachmann passe plusieurs années sur la côte est avant de se rendre à Milwaukee en 1854, puis à Neenah en 1856.

Le 21 mai 1856, Lachmann a acheté une partie du lot 4 dans le bloc 30 de Palmer's Map of Neenah et a commencé à construire sa brasserie. À la fin de l'année, la brasserie Neenah était opérationnelle.

Emplacement de la brasserie Neenah surligné en rouge.
Lachmann's était une configuration typique pour un brasseur de bière blonde. La proximité du lac était idéale. Cela signifiait l'accessibilité à une énorme réserve de glace d'hiver. La récolte de cette glace et son stockage ultérieur dans la cave à bière blonde de la brasserie ont permis à Lachmann de brasser sa bière blonde de fermentation fraîche même lorsque le temps se réchauffait.

La brasserie elle-même était construite en briques. Le bâtiment servait également de maison à Lachmann, sa femme Katrina, leurs quatre enfants et les deux ouvriers qui partageaient souvent les quartiers avec la famille. La ressemblance avec les brasseries rustiques et villageoises d'Allemagne aurait été frappante.

Bière locale
Les brasseries du comté de Winnebago de cette période étaient des affaires locales, leurs clients vivant à proximité de l'endroit où la bière était fabriquée. Les matériaux utilisés dans la fabrication de la bière étaient également d'origine locale.

L'orge avait été cultivée en abondance dans le comté de Winnebago depuis le moment où la terre avait été ouverte à l'agriculture près de deux décennies plus tôt.Lachmann achetait le grain à des agriculteurs voisins et en faisait son propre malt de brasseur. La culture du houblon avait commencé à la fin des années 1840. Comme d'autres brasseurs de la région, Lachmann aurait pu choisir la culture locale.

En 1870, la Neenah Brewery n'était que l'une des 11 brasseries de ce type opérant dans le comté. Mais le mandat de Lachmann touchait déjà à sa fin. Il y a des indications que Lachmann était en mauvaise santé vers la fin de sa course à la brasserie. En tout cas, en 1872, il vendit la brasserie et partit à la retraite.

Rassembler des tempêtes
Le 28 octobre 1872, Frank Ehrgott prend possession de la brasserie Neenah. Il fut bientôt rejoint dans l'entreprise par son frère Adam. Comme Lachmann, les frères Ehrgott étaient des immigrants allemands. Mais les Ehrgott feraient face à des défis inconnus de leur prédécesseur.

Le système de chemins de fer traversant le comté de Winnebago a permis aux brasseries d'étendre plus facilement leur portée dans les communautés voisines. Les deux brasseries de Menasha vendaient déjà leur bière à Neenah. Maintenant, les plus grandes brasseries d'Oshkosh envoyaient de la bière en ville. Tout aussi troublant était le gain de traction des brigades anti-alcool.

En 1875, les partisans de la tempérance de Neenah étaient une force avec laquelle il fallait compter. Avec des noms tels que The Good Templars (130 membres), The Crystal Lodge (plus de 80 membres) et The Sons of Temperance (75 membres), ils étaient devenus un élément dominant au sein de la communauté de 4 300 personnes. Leur objectif était d'interdire la vente d'alcool. Ils ne voulaient rien de moins qu'une Neenah sèche.

Les forces sèches n'allaient pas sans opposition. Les 15 saloons de Neenah avaient tout intérêt à ce que la bière coule à flot. Les patrons de ces saloons, dont beaucoup faisaient partie de la communauté peuplée d'immigrants européens de Neenah, n'avaient pas non plus l'intention de renoncer à leur repas traditionnel. Les wets and drys de Neenah étaient divisés non seulement par l'idéologie, mais aussi par l'ethnicité.

Les frères Ehrgott
Au milieu de la tourmente, les frères Ehrgott ont accru leur participation dans Neenah. À la fin des années 1880, la brasserie Neenah produisait un peu plus de 400 barils de bière par an. C'était alors l'une des sept brasseries du comté de Winnebago. Pour aider à sécuriser leur marché local, Frank Ehrgott a acheté un saloon situé sur ce qui est maintenant 128 W. Wisconsin Ave. Construit un an plus tôt, le saloon d'Ehrgott servait de maison liée à la brasserie servant uniquement la bière de la Neenah Brewery.

La maison attachée d'Ehrgott.
Avec Frank à la tête du saloon, Adam Ehrgott a pris le contrôle de la brasserie. Il a assumé la pleine propriété de la brasserie Neenah en septembre 1882. Il semble avoir bien réussi pendant cette période. Entre 1884 et 1887, Adam Ehrgott a apporté un certain nombre d'améliorations à la brasserie, y compris la construction d'une nouvelle brasserie et d'une glacière au nord immédiat de la brasserie d'origine. Les cartes ci-dessous illustrent l'expansion de la brasserie.

1884
1887
Les améliorations étaient presque obsolètes au moment où elles étaient terminées. D'autres brasseurs éliminaient déjà progressivement le type d'améliorations qu'Ehrgott faisait. La réfrigération mécanique remplaçait rapidement la méthode séculaire de refroidissement avec de la glace récoltée dans des caves en pierre. Les méthodes de l'ancien monde étaient en contradiction avec une industrie fondamentalement remodelée par la science.

La brasserie originale Neenah est sur la droite. La maison de glace et la brasserie mises à jour
construit pendant l'ère Ehrgott est le grand bâtiment au centre de la photo.
Rivaux proches et lointains
L'une de ces brasseries voisines tirant parti des nouvelles technologies était la Walter Brothers Brewing Company à Menasha, à proximité. Christian et Martin Walter avaient acheté ce qui avait été la brasserie Island en 1888. Les frères Walter ont rapidement construit leur brasserie et ont commencé à pousser vigoureusement leur bière sur le marché de Neenah.

Au début des années 1890, la petite brasserie d'Adam Ehrgott se battait pour survivre au milieu d'une marée montante de bière provenant d'ailleurs. Et ce n'était plus seulement la bière de Menasha ou d'Oshkosh qui coulait dans Neenah. Parmi les nouveaux rivaux se trouvait un ancien brasseur nommé Jacob Mayer.

Dans les années 1870, Jacob Mayer était copropriétaire de la brasserie Island à Menasha. Après avoir vendu sa participation dans cette brasserie, il s'est finalement installé à Neenah où il a ouvert une usine d'embouteillage et un entrepôt de distribution de bière au coin des rues Union et Sherry. En partenariat avec son fils Joseph, les Mayer ont commencé à distribuer de la bière à Neenah qui avait été acheminée par chemin de fer depuis d'autres parties de l'État. La brasserie Hartig & Manz de Watertown était l'un des premiers clients de Mayer à faire connaître sa présence à Neenah.

Le flotteur Hartig & Manz dans le défilé du 4 juillet de Neenah en 1893.
Une bouteille de chez Mayer
travaux d'embouteillage.

En 1892, les Mayer apportaient de la bière de Miller Brewing of Milwaukee. Miller a pris une affection particulière pour Neenah, établissant un salon et un hôtel liés nommé Murer House à côté du dépôt de train au 432 Sherry Street. Parmi les premiers sites que les passagers ont rencontrés en arrivant à Neenah en train, il y avait la belle taverne en brique ornée de panneaux indiquant Miller Beer.

Comme il se présente aujourd'hui.
Pour Adam Ehrgott, c'était devenu trop. Près de 20 ans après que les frères Ehrgott aient commencé à brasser à Neenah, Adam Ehrgott a vendu la brasserie Neenah. S'il nourrissait une rancune, cela ne le battait pas. Il irait plus tard travailler pour l'un de ses rivaux de Menasha, Walter Brothers Brewing.

Angermeyer
Le 11 novembre 1901, Henry Angermeyer devient le nouveau propriétaire de la Brasserie Neenah. Le brasseur d'origine allemande était venu en Amérique 15 ans plus tôt et était à une semaine de son 39e anniversaire lorsqu'il a pris possession de la brasserie.

Angermeyer savait dans quoi il s'engageait. Avant son arrivée, il brassait de la bière pour la Sterling Brewing Company, de Sterling, dans l'Illinois. La situation y était similaire à celle qu'Angermeyer allait affronter à Neenah. Sterling avait une petite brasserie et elle était engagée dans le même genre de luttes intestines régionales avec d'autres brasseries qui tourmentaient la brasserie Neenah. C'était une bataille qu'Angermeyer ne pouvait pas gagner.

Trois ans après l'arrivée d'Angermeyer, la Brasserie Neenah s'en sortait à peine. Le Wisconsin Blue Book de 1904 répertorie Angermeyer comme la seule personne travaillant dans la brasserie Neenah. C'était une tâche impossible pour un brasseur essayant de produire 500 barils de bière blonde par an dans une brasserie refroidie par la glace. Les choses n'allaient pas s'améliorer non plus.

Le soir du 4 août 1905, Angermeyer et un autre homme de Neenah nommé Albert Zehner ramenaient un bateau chargé de traverses à travers le Neenah Slough. Près du pont de la rue Main, le bateau a pris l'eau et a commencé à couler. Zehner a réussi à nager jusqu'au rivage. Angermeyer ne l'a pas fait. Son corps a été retiré de l'eau par une équipe de recherche et de sauvetage. Angermeyer a été déclaré mort vers 21h45.

Henry Angermeyer a laissé une femme, trois jeunes enfants et une brasserie en voie de dissolution.

1906, la brasserie Neenah, domaine Henry Angermeyer.

Le Doerr de clôture
En octobre 1906, Lizzie Angermeyer trouva repreneur pour la brasserie que son défunt mari avait tenté de faire revivre. Le nouveau propriétaire s'appelait Oscar Doerr. Un autre brasseur d'origine allemande exercerait son métier à la brasserie Neenah.

Avant son arrivée, Doerr avait été maître brasseur à la White Eagle Brewery de Chicago. Ses plans pour Neenah étaient ambitieux. Deux mois après son rachat de la brasserie Neenah, Le brasseur occidental a rapporté : « M. Doerr apportera de nombreuses améliorations à l'usine et jusqu'à ce que celles-ci soient terminées, ses clients seront approvisionnés par la Menasha Brewing Company.

Parmi les améliorations prévues figurait l'installation d'une ligne d'embouteillage, un aspect de l'entreprise que la brasserie Neenah avait éludé à son propre détriment. Mais confier vos comptes à un rival local pendant que vous réhabilitez votre brasserie n'était pas une recette pour réussir. Le plan de Doerr est tombé à plat.

À la fin de 1909, la brasserie Neenah était presque terminée. L'afflux de bière provenant de brasseries plus efficaces a placé la brasserie de Neenah dans une position concurrentielle trop désavantageuse pour être surmontée. Doerr a reconnu sa défaite. Le 3 janvier, le premier jour ouvrable de 1910, Doerr vendit la brasserie. Il finira par retourner à Chicago.

Le nouveau propriétaire était Louis Sorenson, un employé de la Bergstrom Stove Company. Sorenson n'avait aucune relation préalable avec les brasseries, mais ce n'était pas la question. Il semble que l'achat ait été motivé par le retour potentiel à la revente et non par une tentative de redonner vie à la brasserie. Le 21 avril 1911, Sorenson scelle le destin de la brasserie. Il la vendit à la Walter Brothers Brewing Company.

Walter Brothers n'avait guère besoin d'une brasserie démodée à seulement huit kilomètres de son usine moderne du boulevard Nicolet. Les nouveaux propriétaires ont vidé la brasserie Neenah. Le bâtiment a été converti en un hôtel au-dessus d'un salon vendant de la bière Walter Brothers. Pour la première fois depuis plus de 50 ans, Neenah était sans brasserie.

La brasserie avait disparu, mais la guerre de l'alcool faisait rage.

Sèche et mouille
Le rachat de la brasserie par les frères Walter fait suite à une nouvelle défaite des forces sèches de Neenah. Lors des élections d'avril 1911, les drys manquèrent de peu d'adopter une mesure interdisant la vente d'alcool dans la ville. Sans se décourager, ils ont réessayé. Puis à nouveau. Enfin, en 1917, la faction sèche atteint son objectif. Le 1er juillet 1917, Neenah est devenue la seule ville constituée du comté de Winnebago à se voter à sec. La mesure a été promulguée par un seul vote.

L'année suivante, les wets se sont ralliés. Encore une fois, il s'agissait d'un vote. Les électeurs de Neenah ont abrogé la loi sèche par une marge de 13 voix. Le 1er juillet 1918, les saloons de Neenah reprennent leurs activités. Le dernier mot sur la question est tombé moins de deux ans plus tard. Le 18e amendement est entré en vigueur le 17 janvier 1920, marquant le début de la prohibition nationale.

Sans surprise, la Prohibition a apporté le retour du brassage à Neenah. Mais les brasseurs étaient passés dans la clandestinité. au sens propre.

Milwaukee Sentinelle, 23 décembre 1928.

En cendres
Lorsque la prohibition a pris fin en 1933, les brasseries de Menasha et d'Oshkosh ont repris leurs activités. À Neenah, l'ancienne brasserie était trop loin pour être rachetée.

À cette époque, la brasserie Neenah n'était plus qu'un souvenir. Peu de gens pouvaient se rappeler qu'il y avait eu une brasserie florissante sur Lake Street. L'odeur de la bière persistait encore, mais maintenant c'était du Schlitz rassis au Jerrys' Lakeside Bar. Ce qui a survécu du passé a été éteint en 1968, lorsque le bâtiment a été à nouveau éviscéré. Cette fois par le feu. Après l'incendie, les restes ont été renversés et enterrés.

L'incendie de 1968. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
La suite. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
129 Lake Street, ancien terrain de la brasserie Neenah.
Retour rugissant
La brasserie est revenue à Neenah Le 20 novembre 2015, lorsqu'Alex Wenzel a ouvert Lion's Tail Brewing Company dans le bâtiment Equitable Reserve Association au 116 S. Commercial Street. Comme Jacob Lachmann avant lui, Wenzel est le prototype des brasseurs de sa génération.

Ancien brasseur amateur dont l'obsession est devenue un métier, Wenzel brasse une large gamme de bières sur un système de 10 fûts dans un bâtiment qui montait au moment où la brasserie Neenah s'effondrait. Les bières que Wenzel produit qu'il vend à partir de la taproom qu'il exploite en collaboration avec la brasserie. C'est un arrangement que les frères Ehrgott apprécieraient.


De Lachmann à Lion's Tail : une histoire du brassage à Neenah

La brasserie Neenah reste une inconnue relative dans le contexte de l'histoire brassicole du Wisconsin. Cela semblerait être une circonstance inhabituelle pour toute brasserie du Wisconsin comme celle-ci, en activité depuis plus de 50 ans. Mais l'obscurité de la brasserie Neenah n'est pas tout à fait surprenante.

C'était une brasserie qui faisait peu de publicité. La conséquence étant que les collectionneurs n'ont pas su préserver et transmettre la vision de la brasserie d'elle-même. Ce sont souvent les collectionneurs de brasseries qui deviennent les gardiens de l'héritage d'une petite brasserie.

La relation controversée de la ville avec l'alcool a également conspiré contre la brasserie Neenah. Pendant une grande partie de son histoire, Neenah a été dominée par les Yankees protestants qui avaient peu d'utilité pour les coutumes de consommation de bière des immigrants européens de la ville.

Ces Yankees et leurs descendants immédiats étaient également en grande partie responsables de la diffusion de l'histoire ancienne de Neenah. Ce n'est pas une coïncidence si une brasserie dirigée par des immigrants a rarement été enregistrée. Au moment où ce préjugé a expiré, la brasserie Neenah avait déjà été oubliée.

Le moment est venu de jeter un nouveau regard sur l'histoire du brassage à Neenah. Avec le lancement récent de Lion's Tail Brewing, l'héritage brassicole de la ville a été renouvelé. Les brasseurs qui ont créé cet héritage méritent d'être connus.

Parler d'une brasserie à Neenah
En 1849, arriva l'arrivée des brasseries dans le comté de Winnebago. Cette année-là, deux brasseries ont été lancées à Oshkosh et il a été question cette fois-ci d'en projeter une à Neenah. On disait que c'était le projet d'un Gallois nommé Jones. Si Jones a déjà fait fonctionner sa brasserie à Neenah, cela n'a pas duré. Il ne semble y avoir aucune trace de cette brasserie étant opérationnelle ou produisant de la bière à vendre.

Mais Neenah a continué à grandir. Stimulée par un afflux d'immigrants allemands, la population de Neenah était passée à 1 296 habitants en 1856. Ce ne serait qu'une question de temps avant que Neenah n'ait sa brasserie. Ce moment ne serait pas bien accueilli par tous.

Neenah, vers 1856.
John Robbins Kimberly était l'un des premiers colons les plus riches et les plus influents de Neenah. Un Yankee sévère, on a demandé à Kimberly où il pensait qu'un bon emplacement pour une brasserie serait. Kimberly aurait répondu : "En enfer, monsieur". Sa rancœur laissait présager le conflit à venir.

Au grand dam de Kimberly, l'enfer à Neenah serait situé sur la rive de Little Lake Butte Des Morts sur une propriété maintenant appelée 129 Lake Street. L'immigrant qui a élevé cet enfer s'appelait Jacob Lachmann.

Une idylle de brasserie
Né dans le Wurtemberg vers 1823, Jacob Lachmann a suivi une formation de brasseur dans son pays natal. C'était aussi un homme de son temps. Lachmann s'est engagé dans les bouleversements politiques qui ont balayé l'Europe en 1848, menant une compagnie de « troupes libres » dans une lutte pour les droits constitutionnels. Dans le contrecoup qui a suivi les troubles, Lachmann a fui son pays natal. Il arrive à New York en 1849. Lachmann passe plusieurs années sur la côte est avant de se rendre à Milwaukee en 1854, puis à Neenah en 1856.

Le 21 mai 1856, Lachmann a acheté une partie du lot 4 dans le bloc 30 de Palmer's Map of Neenah et a commencé à construire sa brasserie. À la fin de l'année, la brasserie Neenah était opérationnelle.

Emplacement de la brasserie Neenah surligné en rouge.
Lachmann's était une configuration typique pour un brasseur de bière blonde. La proximité du lac était idéale. Cela signifiait l'accessibilité à une énorme réserve de glace d'hiver. La récolte de cette glace et son stockage ultérieur dans la cave à bière blonde de la brasserie ont permis à Lachmann de brasser sa bière blonde de fermentation fraîche même lorsque le temps se réchauffait.

La brasserie elle-même était construite en briques. Le bâtiment servait également de maison à Lachmann, sa femme Katrina, leurs quatre enfants et les deux ouvriers qui partageaient souvent les quartiers avec la famille. La ressemblance avec les brasseries rustiques et villageoises d'Allemagne aurait été frappante.

Bière locale
Les brasseries du comté de Winnebago de cette période étaient des affaires locales, leurs clients vivant à proximité de l'endroit où la bière était fabriquée. Les matériaux utilisés dans la fabrication de la bière étaient également d'origine locale.

L'orge avait été cultivée en abondance dans le comté de Winnebago depuis le moment où la terre avait été ouverte à l'agriculture près de deux décennies plus tôt. Lachmann achetait le grain à des agriculteurs voisins et en faisait son propre malt de brasseur. La culture du houblon avait commencé à la fin des années 1840. Comme d'autres brasseurs de la région, Lachmann aurait pu choisir la culture locale.

En 1870, la Neenah Brewery n'était que l'une des 11 brasseries de ce type opérant dans le comté. Mais le mandat de Lachmann touchait déjà à sa fin. Il y a des indications que Lachmann était en mauvaise santé vers la fin de sa course à la brasserie. En tout cas, en 1872, il vendit la brasserie et partit à la retraite.

Rassembler des tempêtes
Le 28 octobre 1872, Frank Ehrgott prend possession de la brasserie Neenah. Il fut bientôt rejoint dans l'entreprise par son frère Adam. Comme Lachmann, les frères Ehrgott étaient des immigrants allemands. Mais les Ehrgott feraient face à des défis inconnus de leur prédécesseur.

Le système de chemins de fer traversant le comté de Winnebago a permis aux brasseries d'étendre plus facilement leur portée dans les communautés voisines. Les deux brasseries de Menasha vendaient déjà leur bière à Neenah. Maintenant, les plus grandes brasseries d'Oshkosh envoyaient de la bière en ville. Tout aussi troublant était le gain de traction des brigades anti-alcool.

En 1875, les partisans de la tempérance de Neenah étaient une force avec laquelle il fallait compter. Avec des noms tels que The Good Templars (130 membres), The Crystal Lodge (plus de 80 membres) et The Sons of Temperance (75 membres), ils étaient devenus un élément dominant au sein de la communauté de 4 300 personnes. Leur objectif était d'interdire la vente d'alcool. Ils ne voulaient rien de moins qu'une Neenah sèche.

Les forces sèches n'allaient pas sans opposition. Les 15 saloons de Neenah avaient tout intérêt à ce que la bière coule à flot. Les patrons de ces saloons, dont beaucoup faisaient partie de la communauté peuplée d'immigrants européens de Neenah, n'avaient pas non plus l'intention de renoncer à leur repas traditionnel. Les wets and drys de Neenah étaient divisés non seulement par l'idéologie, mais aussi par l'ethnicité.

Les frères Ehrgott
Au milieu de la tourmente, les frères Ehrgott ont accru leur participation dans Neenah. À la fin des années 1880, la brasserie Neenah produisait un peu plus de 400 barils de bière par an. C'était alors l'une des sept brasseries du comté de Winnebago. Pour aider à sécuriser leur marché local, Frank Ehrgott a acheté un saloon situé sur ce qui est maintenant 128 W. Wisconsin Ave. Construit un an plus tôt, le saloon d'Ehrgott servait de maison liée à la brasserie servant uniquement la bière de la Neenah Brewery.

La maison attachée d'Ehrgott.
Avec Frank à la tête du saloon, Adam Ehrgott a pris le contrôle de la brasserie. Il a assumé la pleine propriété de la brasserie Neenah en septembre 1882. Il semble avoir bien réussi pendant cette période. Entre 1884 et 1887, Adam Ehrgott a apporté un certain nombre d'améliorations à la brasserie, y compris la construction d'une nouvelle brasserie et d'une glacière au nord immédiat de la brasserie d'origine. Les cartes ci-dessous illustrent l'expansion de la brasserie.

1884
1887
Les améliorations étaient presque obsolètes au moment où elles étaient terminées. D'autres brasseurs éliminaient déjà progressivement le type d'améliorations qu'Ehrgott faisait. La réfrigération mécanique remplaçait rapidement la méthode séculaire de refroidissement avec de la glace récoltée dans des caves en pierre. Les méthodes de l'ancien monde étaient en contradiction avec une industrie fondamentalement remodelée par la science.

La brasserie originale Neenah est sur la droite. La maison de glace et la brasserie mises à jour
construit pendant l'ère Ehrgott est le grand bâtiment au centre de la photo.
Rivaux proches et lointains
L'une de ces brasseries voisines tirant parti des nouvelles technologies était la Walter Brothers Brewing Company à Menasha, à proximité. Christian et Martin Walter avaient acheté ce qui avait été la brasserie Island en 1888. Les frères Walter ont rapidement construit leur brasserie et ont commencé à pousser vigoureusement leur bière sur le marché de Neenah.

Au début des années 1890, la petite brasserie d'Adam Ehrgott se battait pour survivre au milieu d'une marée montante de bière provenant d'ailleurs.Et ce n'était plus seulement la bière de Menasha ou d'Oshkosh qui coulait dans Neenah. Parmi les nouveaux rivaux se trouvait un ancien brasseur nommé Jacob Mayer.

Dans les années 1870, Jacob Mayer était copropriétaire de la brasserie Island à Menasha. Après avoir vendu sa participation dans cette brasserie, il s'est finalement installé à Neenah où il a ouvert une usine d'embouteillage et un entrepôt de distribution de bière au coin des rues Union et Sherry. En partenariat avec son fils Joseph, les Mayer ont commencé à distribuer de la bière à Neenah qui avait été acheminée par chemin de fer depuis d'autres parties de l'État. La brasserie Hartig & Manz de Watertown était l'un des premiers clients de Mayer à faire connaître sa présence à Neenah.

Le flotteur Hartig & Manz dans le défilé du 4 juillet de Neenah en 1893.
Une bouteille de chez Mayer
travaux d'embouteillage.

En 1892, les Mayer apportaient de la bière de Miller Brewing of Milwaukee. Miller a pris une affection particulière pour Neenah, établissant un salon et un hôtel liés nommé Murer House à côté du dépôt de train au 432 Sherry Street. Parmi les premiers sites que les passagers ont rencontrés en arrivant à Neenah en train, il y avait la belle taverne en brique ornée de panneaux indiquant Miller Beer.

Comme il se présente aujourd'hui.
Pour Adam Ehrgott, c'était devenu trop. Près de 20 ans après que les frères Ehrgott aient commencé à brasser à Neenah, Adam Ehrgott a vendu la brasserie Neenah. S'il nourrissait une rancune, cela ne le battait pas. Il irait plus tard travailler pour l'un de ses rivaux de Menasha, Walter Brothers Brewing.

Angermeyer
Le 11 novembre 1901, Henry Angermeyer devient le nouveau propriétaire de la Brasserie Neenah. Le brasseur d'origine allemande était venu en Amérique 15 ans plus tôt et était à une semaine de son 39e anniversaire lorsqu'il a pris possession de la brasserie.

Angermeyer savait dans quoi il s'engageait. Avant son arrivée, il brassait de la bière pour la Sterling Brewing Company, de Sterling, dans l'Illinois. La situation y était similaire à celle qu'Angermeyer allait affronter à Neenah. Sterling avait une petite brasserie et elle était engagée dans le même genre de luttes intestines régionales avec d'autres brasseries qui affligeaient la brasserie Neenah. C'était une bataille qu'Angermeyer ne pouvait pas gagner.

Trois ans après l'arrivée d'Angermeyer, la Brasserie Neenah s'en sortait à peine. Le Wisconsin Blue Book de 1904 répertorie Angermeyer comme la seule personne travaillant dans la brasserie Neenah. C'était une tâche impossible pour un brasseur essayant de produire 500 barils de bière blonde par an dans une brasserie refroidie par la glace. Les choses n'allaient pas s'améliorer non plus.

Le soir du 4 août 1905, Angermeyer et un autre homme de Neenah nommé Albert Zehner ramenaient un bateau chargé de traverses à travers le Neenah Slough. Près du pont de la rue Main, le bateau a pris l'eau et a commencé à couler. Zehner a réussi à nager jusqu'au rivage. Angermeyer ne l'a pas fait. Son corps a été retiré de l'eau par une équipe de recherche et de sauvetage. Angermeyer a été déclaré mort vers 21h45.

Henry Angermeyer a laissé une femme, trois jeunes enfants et une brasserie en voie de dissolution.

1906, la brasserie Neenah, domaine Henry Angermeyer.

Le Doerr de clôture
En octobre 1906, Lizzie Angermeyer trouva repreneur pour la brasserie que son défunt mari avait tenté de faire revivre. Le nouveau propriétaire s'appelait Oscar Doerr. Un autre brasseur d'origine allemande exercerait son métier à la brasserie Neenah.

Avant son arrivée, Doerr avait été maître brasseur à la White Eagle Brewery de Chicago. Ses plans pour Neenah étaient ambitieux. Deux mois après son rachat de la brasserie Neenah, Le brasseur occidental a rapporté : « M. Doerr apportera de nombreuses améliorations à l'usine et jusqu'à ce que celles-ci soient terminées, ses clients seront approvisionnés par la Menasha Brewing Company.

Parmi les améliorations prévues figurait l'installation d'une ligne d'embouteillage, un aspect de l'entreprise que la brasserie Neenah avait éludé à son propre détriment. Mais confier vos comptes à un rival local pendant que vous réhabilitez votre brasserie n'était pas une recette pour réussir. Le plan de Doerr est tombé à plat.

À la fin de 1909, la brasserie Neenah était presque terminée. L'afflux de bière provenant de brasseries plus efficaces a placé la brasserie de Neenah dans une position concurrentielle trop désavantageuse pour être surmontée. Doerr a reconnu sa défaite. Le 3 janvier, le premier jour ouvrable de 1910, Doerr vendit la brasserie. Il finira par retourner à Chicago.

Le nouveau propriétaire était Louis Sorenson, un employé de la Bergstrom Stove Company. Sorenson n'avait aucune relation préalable avec les brasseries, mais ce n'était pas la question. Il semble que l'achat ait été motivé par le retour potentiel à la revente et non par une tentative de redonner vie à la brasserie. Le 21 avril 1911, Sorenson scelle le destin de la brasserie. Il la vendit à la Walter Brothers Brewing Company.

Walter Brothers n'avait guère besoin d'une brasserie démodée à seulement huit kilomètres de son usine moderne du boulevard Nicolet. Les nouveaux propriétaires ont vidé la brasserie Neenah. Le bâtiment a été transformé en hôtel au-dessus d'un saloon vendant de la bière Walter Brothers. Pour la première fois depuis plus de 50 ans, Neenah était sans brasserie.

La brasserie avait disparu, mais la guerre de l'alcool faisait rage.

Sèche et mouille
Le rachat de la brasserie par les frères Walter fait suite à une nouvelle défaite des forces sèches de Neenah. Lors des élections d'avril 1911, les Drys ont raté de peu l'adoption d'une mesure interdisant la vente d'alcool dans la ville. Sans se décourager, ils ont réessayé. Puis à nouveau. Enfin, en 1917, la faction sèche atteint son objectif. Le 1er juillet 1917, Neenah est devenue la seule ville constituée du comté de Winnebago à se voter à sec. La mesure a été promulguée par un seul vote.

L'année suivante, les wets se sont ralliés. Encore une fois, il s'agissait d'un vote. Les électeurs de Neenah ont abrogé la loi sèche par une marge de 13 voix. Le 1er juillet 1918, les saloons de Neenah reprennent leurs activités. Le dernier mot sur la question est tombé moins de deux ans plus tard. Le 18e amendement est entré en vigueur le 17 janvier 1920, marquant le début de la prohibition nationale.

Sans surprise, la Prohibition a apporté le retour du brassage à Neenah. Mais les brasseurs étaient passés dans la clandestinité. au sens propre.

Milwaukee Sentinelle, 23 décembre 1928.

En cendres
Lorsque la prohibition a pris fin en 1933, les brasseries de Menasha et d'Oshkosh ont repris leurs activités. À Neenah, l'ancienne brasserie était trop loin pour être rachetée.

À cette époque, la brasserie Neenah n'était plus qu'un souvenir. Peu de gens pouvaient se rappeler qu'il y avait eu une brasserie florissante sur Lake Street. L'odeur de la bière persistait encore, mais maintenant c'était du Schlitz rassis au Jerrys' Lakeside Bar. Ce qui a survécu du passé a été éteint en 1968, lorsque le bâtiment a été à nouveau éviscéré. Cette fois par le feu. Après l'incendie, les restes ont été renversés et enterrés.

L'incendie de 1968. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
La suite. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
129 Lake Street, ancien terrain de la brasserie Neenah.
Retour rugissant
La brasserie est revenue à Neenah Le 20 novembre 2015, lorsqu'Alex Wenzel a ouvert Lion's Tail Brewing Company dans le bâtiment Equitable Reserve Association au 116 S. Commercial Street. Comme Jacob Lachmann avant lui, Wenzel est le prototype des brasseurs de sa génération.

Ancien brasseur amateur dont l'obsession est devenue un métier, Wenzel brasse une large gamme de bières sur un système de 10 fûts dans un bâtiment qui montait au moment où la brasserie Neenah s'effondrait. Les bières que Wenzel produit qu'il vend à partir de la taproom qu'il exploite en collaboration avec la brasserie. C'est un arrangement que les frères Ehrgott apprécieraient.


De Lachmann à Lion's Tail : une histoire du brassage à Neenah

La brasserie Neenah reste une inconnue relative dans le contexte de l'histoire brassicole du Wisconsin. Cela semblerait une circonstance inhabituelle pour n'importe quelle brasserie du Wisconsin comme celle-ci qui était en activité depuis plus de 50 ans. Mais l'obscurité de la brasserie Neenah n'est pas tout à fait surprenante.

C'était une brasserie qui faisait peu de publicité. La conséquence étant que les collectionneurs n'ont pas su préserver et transmettre la vision de la brasserie d'elle-même. Ce sont souvent les collectionneurs de brasseries qui deviennent les gardiens de l'héritage d'une petite brasserie.

La relation controversée de la ville avec l'alcool a également conspiré contre la brasserie Neenah. Pendant une grande partie de son histoire, Neenah a été dominée par les Yankees protestants qui avaient peu d'utilité pour les coutumes de consommation de bière des immigrants européens de la ville.

Ces Yankees et leurs descendants immédiats étaient également en grande partie responsables de la diffusion de l'histoire ancienne de Neenah. Ce n'est pas une coïncidence si une brasserie dirigée par des immigrants a rarement été enregistrée. Au moment où ce préjugé a expiré, la brasserie Neenah avait déjà été oubliée.

Le moment est venu de jeter un nouveau regard sur l'histoire du brassage à Neenah. Avec le lancement récent de Lion's Tail Brewing, l'héritage brassicole de la ville a été renouvelé. Les brasseurs qui ont créé cet héritage méritent d'être connus.

Parler d'une brasserie à Neenah
En 1849, arriva l'arrivée des brasseries dans le comté de Winnebago. Cette année-là, deux brasseries ont été lancées à Oshkosh et il a été question cette fois-ci d'en projeter une à Neenah. On disait que c'était le projet d'un Gallois nommé Jones. Si Jones a déjà lancé sa brasserie à Neenah, cela n'a pas duré. Il ne semble y avoir aucune trace de cette brasserie étant opérationnelle ou produisant de la bière à vendre.

Mais Neenah a continué à grandir. Stimulée par un afflux d'immigrants allemands, la population de Neenah était passée à 1 296 habitants en 1856. Ce ne serait qu'une question de temps avant que Neenah n'ait sa brasserie. Ce moment ne serait pas bien accueilli par tous.

Neenah, vers 1856.
John Robbins Kimberly était l'un des premiers colons les plus riches et les plus influents de Neenah. Un Yankee sévère, on a demandé à Kimberly où il pensait qu'un bon emplacement pour une brasserie serait. Kimberly aurait répondu : "En enfer, monsieur". Sa rancœur laissait présager le conflit à venir.

Au grand dam de Kimberly, l'enfer à Neenah serait situé sur la rive de Little Lake Butte Des Morts sur une propriété maintenant appelée 129 Lake Street. L'immigrant qui a élevé cet enfer s'appelait Jacob Lachmann.

Une idylle de brasserie
Né dans le Wurtemberg vers 1823, Jacob Lachmann a suivi une formation de brasseur dans son pays natal. C'était aussi un homme de son temps. Lachmann s'est engagé dans les bouleversements politiques qui ont balayé l'Europe en 1848, dirigeant une compagnie de « troupes libres » dans une lutte pour les droits constitutionnels. Dans le contrecoup qui a suivi les troubles, Lachmann a fui son pays natal. Il arrive à New York en 1849. Lachmann passe plusieurs années sur la côte est avant de se rendre à Milwaukee en 1854, puis à Neenah en 1856.

Le 21 mai 1856, Lachmann a acheté une partie du lot 4 dans le bloc 30 de Palmer's Map of Neenah et a commencé à construire sa brasserie. À la fin de l'année, la brasserie Neenah était opérationnelle.

Emplacement de la brasserie Neenah surligné en rouge.
Lachmann's était une configuration typique pour un brasseur de bière blonde. La proximité du lac était idéale. Cela signifiait l'accessibilité à une énorme réserve de glace d'hiver. La récolte de cette glace et son stockage ultérieur dans la cave à bière blonde de la brasserie ont permis à Lachmann de brasser sa bière blonde de fermentation fraîche même lorsque le temps se réchauffait.

La brasserie elle-même était construite en briques. Le bâtiment servait également de maison à Lachmann, sa femme Katrina, leurs quatre enfants et les deux ouvriers qui partageaient souvent les quartiers avec la famille. La ressemblance avec les brasseries rustiques et villageoises d'Allemagne aurait été frappante.

Bière locale
Les brasseries du comté de Winnebago de cette période étaient des affaires locales, leurs clients vivant à proximité de l'endroit où la bière était fabriquée. Les matériaux utilisés dans la fabrication de la bière étaient également d'origine locale.

L'orge avait été cultivée en abondance dans le comté de Winnebago depuis le moment où la terre avait été ouverte à l'agriculture près de deux décennies plus tôt. Lachmann achetait le grain à des agriculteurs voisins et en faisait son propre malt de brasseur. La culture du houblon avait commencé à la fin des années 1840. Comme d'autres brasseurs de la région, Lachmann aurait pu choisir la culture locale.

En 1870, la Neenah Brewery n'était que l'une des 11 brasseries de ce type opérant dans le comté. Mais le mandat de Lachmann touchait déjà à sa fin. Il y a des indications que Lachmann était en mauvaise santé vers la fin de sa course à la brasserie. En tout cas, en 1872, il vendit la brasserie et partit à la retraite.

Rassembler des tempêtes
Le 28 octobre 1872, Frank Ehrgott prend possession de la brasserie Neenah. Il fut bientôt rejoint dans l'aventure par son frère Adam. Comme Lachmann, les frères Ehrgott étaient des immigrants allemands. Mais les Ehrgott feraient face à des défis inconnus de leur prédécesseur.

Le système de chemins de fer traversant le comté de Winnebago a permis aux brasseries d'étendre plus facilement leur portée dans les communautés voisines. Les deux brasseries de Menasha vendaient déjà leur bière à Neenah. Maintenant, les plus grandes brasseries d'Oshkosh envoyaient de la bière en ville. Tout aussi troublant était le gain de traction des brigades anti-alcool.

En 1875, les partisans de la tempérance de Neenah étaient une force avec laquelle il fallait compter. Avec des noms tels que The Good Templars (130 membres), The Crystal Lodge (plus de 80 membres) et The Sons of Temperance (75 membres), ils étaient devenus un élément dominant au sein de la communauté de 4 300 personnes. Leur objectif était d'interdire la vente d'alcool. Ils ne voulaient rien de moins qu'une Neenah sèche.

Les forces sèches n'allaient pas sans opposition. Les 15 saloons de Neenah avaient tout intérêt à ce que la bière coule à flot. Les patrons de ces saloons, dont beaucoup faisaient partie de la communauté peuplée d'immigrants européens de Neenah, n'avaient pas non plus l'intention de renoncer à leur repas traditionnel. Les wets and drys de Neenah étaient divisés non seulement par l'idéologie, mais aussi par l'ethnicité.

Les frères Ehrgott
Au milieu de la tourmente, les frères Ehrgott ont accru leur participation dans Neenah. À la fin des années 1880, la brasserie Neenah produisait un peu plus de 400 barils de bière par an. C'était alors l'une des sept brasseries du comté de Winnebago. Pour aider à sécuriser leur marché local, Frank Ehrgott a acheté un saloon situé sur ce qui est maintenant le 128 W. Wisconsin Ave. Construit un an plus tôt, le saloon d'Ehrgott servait de maison liée à la brasserie servant uniquement la bière de la Neenah Brewery.

La maison attachée d'Ehrgott.
Avec Frank à la tête du saloon, Adam Ehrgott a pris le contrôle de la brasserie. Il a assumé la pleine propriété de la brasserie Neenah en septembre 1882. Il semble avoir bien réussi pendant cette période. Entre 1884 et 1887, Adam Ehrgott a apporté un certain nombre d'améliorations à la brasserie, y compris la construction d'une nouvelle brasserie et d'une glacière au nord immédiat de la brasserie d'origine. Les cartes ci-dessous illustrent l'expansion de la brasserie.

1884
1887
Les améliorations étaient presque obsolètes au moment où elles étaient terminées. D'autres brasseurs éliminaient déjà progressivement le type d'améliorations qu'Ehrgott faisait. La réfrigération mécanique remplaçait rapidement la méthode séculaire de refroidissement avec de la glace récoltée dans des caves en pierre. Les méthodes de l'ancien monde étaient en contradiction avec une industrie fondamentalement remodelée par la science.

La brasserie originale Neenah est sur la droite. La maison de glace et la brasserie mises à jour
construit pendant l'ère Ehrgott est le grand bâtiment au centre de la photo.
Rivaux proches et lointains
L'une de ces brasseries voisines tirant parti des nouvelles technologies était la Walter Brothers Brewing Company à Menasha, à proximité. Christian et Martin Walter avaient acheté ce qui avait été la brasserie Island en 1888. Les frères Walter ont rapidement construit leur brasserie et ont commencé à pousser vigoureusement leur bière sur le marché de Neenah.

Au début des années 1890, la petite brasserie d'Adam Ehrgott se battait pour survivre au milieu d'une marée montante de bière provenant d'ailleurs. Et ce n'était plus seulement la bière de Menasha ou d'Oshkosh qui coulait dans Neenah. Parmi les nouveaux rivaux se trouvait un ancien brasseur nommé Jacob Mayer.

Dans les années 1870, Jacob Mayer était copropriétaire de la brasserie Island à Menasha. Après avoir vendu sa participation dans cette brasserie, il s'est finalement installé à Neenah où il a ouvert une usine d'embouteillage et un entrepôt de distribution de bière au coin des rues Union et Sherry. En partenariat avec son fils Joseph, les Mayer ont commencé à distribuer de la bière à Neenah qui avait été acheminée par chemin de fer depuis d'autres parties de l'État. La brasserie Hartig & Manz de Watertown était l'un des premiers clients de Mayer à faire connaître sa présence à Neenah.

Le flotteur Hartig & Manz dans le défilé du 4 juillet de Neenah en 1893.
Une bouteille de chez Mayer
travaux d'embouteillage.

En 1892, les Mayer apportaient de la bière de Miller Brewing of Milwaukee. Miller a pris une affection particulière pour Neenah, établissant un salon et un hôtel liés nommé Murer House à côté du dépôt de train au 432 Sherry Street. Parmi les premiers sites que les passagers ont rencontrés en arrivant à Neenah en train, il y avait la belle taverne en brique ornée de panneaux indiquant Miller Beer.

Comme il se présente aujourd'hui.
Pour Adam Ehrgott, c'était devenu trop. Près de 20 ans après que les frères Ehrgott aient commencé à brasser à Neenah, Adam Ehrgott a vendu la brasserie Neenah. S'il nourrissait une rancune, cela ne le battait pas. Il irait plus tard travailler pour l'un de ses rivaux de Menasha, Walter Brothers Brewing.

Angermeyer
Le 11 novembre 1901, Henry Angermeyer devient le nouveau propriétaire de la Brasserie Neenah. Le brasseur d'origine allemande était venu en Amérique 15 ans plus tôt et était à une semaine de son 39e anniversaire lorsqu'il a pris possession de la brasserie.

Angermeyer savait dans quoi il s'engageait. Avant son arrivée, il brassait de la bière pour la Sterling Brewing Company, de Sterling, dans l'Illinois. La situation y était similaire à celle qu'Angermeyer allait affronter à Neenah. Sterling avait une petite brasserie et elle était engagée dans le même genre de luttes intestines régionales avec d'autres brasseries qui affligeaient la brasserie Neenah. C'était une bataille qu'Angermeyer ne pouvait pas gagner.

Trois ans après l'arrivée d'Angermeyer, la Brasserie Neenah s'en sortait à peine. Le Wisconsin Blue Book de 1904 répertorie Angermeyer comme la seule personne travaillant dans la brasserie Neenah. C'était une tâche impossible pour un brasseur essayant de produire 500 barils de bière blonde par an dans une brasserie refroidie par la glace. Les choses n'allaient pas s'améliorer non plus.

Le soir du 4 août 1905, Angermeyer et un autre homme de Neenah nommé Albert Zehner ramenaient un bateau chargé de traverses à travers le Neenah Slough. Près du pont de la rue Main, le bateau a pris l'eau et a commencé à couler. Zehner a réussi à nager jusqu'au rivage. Angermeyer ne l'a pas fait. Son corps a été retiré de l'eau par une équipe de recherche et de sauvetage. Angermeyer a été déclaré mort vers 21h45.

Henry Angermeyer a laissé une femme, trois jeunes enfants et une brasserie en voie de dissolution.

1906, la brasserie Neenah, domaine Henry Angermeyer.

Le Doerr de clôture
En octobre 1906, Lizzie Angermeyer trouva repreneur pour la brasserie que son défunt mari avait tenté de faire revivre. Le nouveau propriétaire s'appelait Oscar Doerr. Un autre brasseur d'origine allemande exercerait son métier à la brasserie Neenah.

Avant son arrivée, Doerr avait été maître brasseur à la White Eagle Brewery de Chicago. Ses plans pour Neenah étaient ambitieux. Deux mois après son rachat de la brasserie Neenah, Le brasseur occidental a rapporté : « M. Doerr apportera de nombreuses améliorations à l'usine et jusqu'à ce que celles-ci soient terminées, ses clients seront approvisionnés par la Menasha Brewing Company.

Parmi les améliorations prévues figurait l'installation d'une ligne d'embouteillage, un aspect de l'entreprise que la brasserie Neenah avait éludé à son propre détriment.Mais confier vos comptes à un rival local pendant que vous réhabilitez votre brasserie n'était pas une recette pour réussir. Le plan de Doerr est tombé à plat.

À la fin de 1909, la brasserie Neenah était presque terminée. L'afflux de bière provenant de brasseries plus efficaces a placé la brasserie de Neenah dans une position concurrentielle trop désavantageuse pour être surmontée. Doerr a reconnu sa défaite. Le 3 janvier, le premier jour ouvrable de 1910, Doerr vendit la brasserie. Il finira par retourner à Chicago.

Le nouveau propriétaire était Louis Sorenson, un employé de la Bergstrom Stove Company. Sorenson n'avait aucune relation préalable avec les brasseries, mais ce n'était pas la question. Il semble que l'achat ait été motivé par le retour potentiel à la revente et non par une tentative de redonner vie à la brasserie. Le 21 avril 1911, Sorenson scelle le destin de la brasserie. Il la vendit à la Walter Brothers Brewing Company.

Walter Brothers n'avait guère besoin d'une brasserie démodée à seulement huit kilomètres de son usine moderne du boulevard Nicolet. Les nouveaux propriétaires ont vidé la brasserie Neenah. Le bâtiment a été transformé en hôtel au-dessus d'un saloon vendant de la bière Walter Brothers. Pour la première fois depuis plus de 50 ans, Neenah était sans brasserie.

La brasserie avait disparu, mais la guerre de l'alcool faisait rage.

Sèche et mouille
Le rachat de la brasserie par les frères Walter fait suite à une nouvelle défaite des forces sèches de Neenah. Lors des élections d'avril 1911, les Drys ont raté de peu l'adoption d'une mesure interdisant la vente d'alcool dans la ville. Sans se décourager, ils ont réessayé. Puis à nouveau. Enfin, en 1917, la faction sèche atteint son objectif. Le 1er juillet 1917, Neenah est devenue la seule ville constituée du comté de Winnebago à se voter à sec. La mesure a été promulguée par un seul vote.

L'année suivante, les wets se sont ralliés. Encore une fois, il s'agissait d'un vote. Les électeurs de Neenah ont abrogé la loi sèche par une marge de 13 voix. Le 1er juillet 1918, les saloons de Neenah reprennent leurs activités. Le dernier mot sur la question est tombé moins de deux ans plus tard. Le 18e amendement est entré en vigueur le 17 janvier 1920, marquant le début de la prohibition nationale.

Sans surprise, la Prohibition a apporté le retour du brassage à Neenah. Mais les brasseurs étaient passés dans la clandestinité. au sens propre.

Milwaukee Sentinelle, 23 décembre 1928.

En cendres
Lorsque la prohibition a pris fin en 1933, les brasseries de Menasha et d'Oshkosh ont repris leurs activités. À Neenah, l'ancienne brasserie était trop loin pour être rachetée.

À cette époque, la brasserie Neenah n'était plus qu'un souvenir. Peu de gens pouvaient se rappeler qu'il y avait eu une brasserie florissante sur Lake Street. L'odeur de la bière persistait encore, mais maintenant c'était du Schlitz rassis au Jerrys' Lakeside Bar. Ce qui a survécu du passé a été éteint en 1968, lorsque le bâtiment a été à nouveau éviscéré. Cette fois par le feu. Après l'incendie, les restes ont été renversés et enterrés.

L'incendie de 1968. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
La suite. Photo reproduite avec l'aimable autorisation de Douglas Bisel.
129 Lake Street, ancien terrain de la brasserie Neenah.
Retour rugissant
La brasserie est revenue à Neenah Le 20 novembre 2015, lorsqu'Alex Wenzel a ouvert Lion's Tail Brewing Company dans le bâtiment Equitable Reserve Association au 116 S. Commercial Street. Comme Jacob Lachmann avant lui, Wenzel est le prototype des brasseurs de sa génération.

Ancien brasseur amateur dont l'obsession est devenue un métier, Wenzel brasse une large gamme de bières sur un système de 10 fûts dans un bâtiment qui montait au moment où la brasserie Neenah s'effondrait. Les bières que Wenzel produit qu'il vend à partir de la taproom qu'il exploite en collaboration avec la brasserie. C'est un arrangement que les frères Ehrgott apprécieraient.


Voir la vidéo: he tried to mess with a guard of the tomb of the unknown soldier. BIG MISTAKE (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Marven

    Je pense que quelqu'un est coincé ici

  2. Vijinn

    Vous n'êtes pas correcte. Je suis assuré. Je peux le prouver.

  3. Clayburn

    Dire en bas

  4. Russell

    Je suis fini, je m'excuse, mais cette réponse ne me met pas. Les variantes peuvent-elles encore exister?

  5. Meliadus

    Bravo, I think this is a brilliant idea.

  6. Kigagor

    Et avec cela, je suis tombé sur. Nous pouvons communiquer sur ce sujet.

  7. Mikagul

    Je peux vous suggérer de visiter le site, qui contient beaucoup d'informations sur cette question.



Écrire un message